Les Suisses et autres Européens du Nord qui vont s'installer dans un pays méditerranéen ne sont pas plus heureux !

Ils s'estiment même moins heureux que ceux restés au pays, selon une étude d'un sociologue britannique présentée cette semaine à la conférence annuelle de la British Sociological Association à Leeds. David Bartram, de l'Université de Leicester, a examiné les données de 265 migrants venus de Suisse et de cinq autres pays du nord de l'Europe qui se sont établis en Espagne, au Portugal, en Grèce ou à Chypre. Ils devaient donner une estimation de leur bonheur sur une échelle de 1 à 10.

Résultat : les migrants ont atteint une moyenne de 7,3, alors qu'un collectif de Suisses, Belges, Allemands, Français, Hollandais et Britanniques restés au pays a affiché 7,5. Pourtant, les migrants avaient un revenu plus élevé que la moyenne dans leur nouveau pays, étaient mieux formés et plus rarement retraités. Peut-être qu'émigrer perturbe d'autres dimensions de la vie, suppose David Bartram, cité dans un communiqué de son université. Par exemple les relations sociales ou le sentiment d'appartenance.

L'étude se base sur l'European Social Survey, un recensement des changements sociaux en Europe effectué chaque année depuis 2001. Un total de 732'183 Suisses vivaient à l'étranger en 2013, selon l'Office fédéral de la statistique, dont 452'965 en Europe. Dans les quatre pays méditerranéens étudiés, ils étaient 31'128.

ats

Vues : 58

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 25 avril 2014 à 10:51

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation