État de santé de la Biodiversité en Île-de-France

Fragmentation des espaces, pesticides, raréfaction des insectes : en une dizaine d’années, l’Ile-de-France a perdu 21 % de ses oiseaux et 8 % de ses espèces de papillons !

Selon un rapport de l’agence régionale chargée d’étudier et préserver la nature Natureparif, les zones agricoles enregistrent 30 % d’oiseaux en moins entre 2002 et 2014, et une diversité de plantes et de papillons en recul de 20 % et 18 %. En Ile-de-France, la perte de biodiversité tient notamment à la « banalisation » des paysages agricoles : moins de haies, de bosquets, des parcelles plus grandes, avec des cultures homogènes. Là, les espèces spécialistes se trouvent remplacées par des « généralistes », c’est-à-dire capables d’évoluer dans plusieurs milieux. Alors que les sénateurs étudient le projet de loi de « reconquête de la biodiversité », Natureparif estime, elle, que le défi est de rediversifier ces milieux, avec des aménagements offrant ressources et refuges.

En ville, le constat est « plus nuancé ». Les plantes poussant sur les trottoirs, au pied des arbres ou sur les murs ont augmenté de plus de 90 % en sept ans seulement. Car bien moins arrosées de pesticides, et mieux acceptées par les citadins. « Mais c’est insuffisant pour avoir des répercussions sur l’ensemble de la biodiversité », ajoute la botaniste Audrey Muratet, auteur du rapport. Ainsi, en ville, la population d’oiseaux et de papillons a chuté de plus de 20 % dans les parcs et jardins en dix ans. En cause : la fragmentation des espaces, qui fait qu’essentiellement les papillons les plus gros survivent, l’usage de pesticides par les jardiniers, et pour les oiseaux, la raréfaction des insectes à la source de leur alimentation. La population d’hirondelles de fenêtre s’est ainsi réduite de 60 % en dix ans.

En forêt, en revanche, la biodiversité est en « relative bonne santé », du fait des politiques foncières visant à conserver de grands massifs forestiers. Ces tendances sont d’ailleurs plus prononcées encore que dans le reste de la France, où l’on observe par exemple une perte d’oiseaux de 10 %, souligne Audrey Muratet.

Natureparif souligne « l’importance de changer notre rapport à la biodiversité et nos pratiques, tant au niveau privé qu’au niveau des politiques publiques ». Par exemple, si le jardinier laisse un petit coin de nature dans son carré (un peu de lierre, d’orties, de ronces, etc.) « la diversité en papillons va tout de suite croître ».

http://www.natureparif.fr/observer/etat-de-sante-de-la-biodiversite...


Vues : 89

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 14 mai 2016 à 9:12
Commentaire de JF@ le 14 mai 2016 à 9:06

Activité la plus récente

Billet de Yves Robert

Une transition bénéfique et indispensable, pas une indignité de plus

L’écologie s’inscrit nécessairement dans des pratiques sociales et politiques radicalement…Plus
Il y a 5 heures
BRUNET Isabelle a publié un statut
"Un bon geste pour la planète : l'action d (vidéo)…"
Il y a 18 heures
GAWELIK Katy a publié un statut
"Héliantis cacahuète sarrasin radis Vegan…"
Il y a 19 heures
Billets de JF@
Il y a 22 heures

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation