Les traqueurs de promos attendent avec impatience le vendredi 23 novembre, jour du Black Friday !

Une journée de promotions agressives venue des États-Unis, qui marque le coup d'envoi des achats de Noël au lendemain de Thanksgiving. Débarquée en France, l'opération Black Friday a pris de l'ampleur, en particulier sur Internet. Mais certains préfèrent tourner le dos aux promos.

Le réseau Envie, qui répare notamment des appareils électroménagers jetés, a lancé la fronde l'an dernier en créant le Green Friday, appelant à éviter la surconsommation. « On a constaté que beaucoup de ce qu'on reçoit comme déchet est réparable, explique une porte-parole au Point. Et on a eu envie de pousser un coup de gueule contre le Black Friday. » Cette année, Green Friday est devenue une association, soutenue notamment par la Mairie de Paris. Vendredi, elle proposera des actions de sensibilisation partout en France. « L'idée, ça n'est pas de culpabiliser. On n'est pas anti-consommation, mais on ne veut pas que l'achat soit compulsif comme le Black Friday nous y invite », explique l'association.


En effet, les Français consomment toujours plus : nous achetons en moyenne 60 % d'habits en plus qu'il y a quinze ans, pourtant, ils durent deux fois moins longtemps. Quand on sait qu'il faut, par exemple, plus de 10 000 litres d'eau pour fabriquer un seul jean, l'empreinte écologique de cette consommation effrénée est loin d'être négligeable. Et on a plutôt tendance à ne pas y penser au moment de l'achat, encore moins lorsqu'on jette un produit dont l'acquisition s'est finalement avérée inutile.

Quelques marques ou enseignes se joignent à la fronde. Le Slip français avance à contre-courant de ses concurrents et ne proposera aucune promotion pour le Black Friday. « Nous nous efforçons d'être cohérents », assure l'entreprise, qui fabrique ses produits en France. L'enseigne ne veut pas « sur-produire, ne pas sur-stocker », et veut proposer ses produits « au juste prix : celui qui rémunère la qualité d'un savoir-faire textile ». Certains vont encore plus loin. Comme en 2017, la Camif va fermer son site de vente en ligne vendredi. « Le Black Friday représente l'inverse de ce que nous prônons, cette consommation rendue compulsive par un matraquage à faire perdre la raison, qui n'a aucun sens ! » explique l'entreprise, qui dit ne pas vouloir « culpabiliser le consommateur, mais lui ouvrir les yeux sur le pouvoir qui est le sien ».

Déléaz

Vues : 60

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 23 novembre 2018 à 7:42
Commentaire de JF@ le 23 novembre 2018 à 7:41

JF@

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation