Il les a digérées, toutes ces couleuvres qu'on lui prêtait !

C'est dans le bar d'un hôtel de Dinard, en Bretagne, que Nicolas Hulot a donné rendez-vous au Point ce lundi 6 mai. Loin du tumulte politique parisien, loin de ce ministère de la Transition écologique qu'il a occupé pendant un peu plus d'un an, loin des arbitrages de Bercy et de Matignon qui l'ont mis en porte-à-faux face à ses convictions. L'animateur-baroudeur et ancien ministre d'État d'Emmanuel Macron a eu le temps de se reposer et de mûrir son discours. « Vent au visage rend sage », disent les marins bretons. Le vent qui souffle sur la cité balnéaire ce jour-là a bien d'autres effets sur la cassandre de l'écologie. Son discours s'est mué en celui d'un radical écolo, quasi -« décroissant », critique du « couple avenir et progrès » en qui l'homme a trop fait confiance.

« Si, effectivement, comme le dit Emmanuel Macron, nous sommes en état d'urgence écologique, il va peut-être falloir sortir de l'orthodoxie économique, financière, budgétaire et politique », expose l'ancien ministre. La marée a emporté celui qui s'est accommodé de « petits pas » quinze mois durant au gouvernement jusqu'à n'en plus pouvoir. À l'aube de l'élection européenne, la cible de Nicolas Hulot porte un nom : « l'intégrisme économique » des traités européens. Et d'en appeler à les bousculer : « Il faut se rappeler que toutes les règles que l'on s'est fixées, y compris dans les traités européens, ne sont pas des lois divines  ! »

C'est tout le propos de l'ouvrage de son ami Alain Grandjean, président de la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'homme (FNH), qu'il préface : Nous n'investissons pas assez pour développer une économie « sobre, durable, sociale et solidaire », car les gouvernements européens ne donnent leur priorité qu'à la sacro-sainte règle européenne des 3 %. Et le gouvernement français n'échappe pas à ce constat sévère de Nicolas Hulot, qui raconte : « Il y avait une stratégie : faire primer le 3 % maastrichtien sur tout le reste. C'est la stratégie d'Emmanuel, d'Édouard et de notre ami Gérald à Bercy. Moi, je considère à l'inverse que la croissance telle qu'on l'attend ne viendra pas. Il valait mieux tout de suite investir, relancer l'économie de demain plutôt que l'économie d'aujourd'hui, quitte à refaire de la dette. C'était mon option et elle n'a pas été choisie. »


Quid des récentes annonces d'Emmanuel Macron sur l'écologie ? Il les salue, mais elles ne le convainquent guère. « J'aurais préféré une réforme du CESE », lâche-t-il à propos du collège de 150 citoyens tirés au sort. « Qu'on le transforme en chambre du futur, doté surtout d'un droit de veto suspensif, donc avec un vrai poids politique. » Le conseil de défense écologique va dans le bon sens, mais il prévient : « Il faut que Bercy, l'Agriculture et la Santé soient là. Même l'armée doit être concernée. Le ministre de l'Écologie ne doit pas être seul pour ferrailler  ! »

Et, comme bien des Français, la campagne des européennes ne le séduit que trop peu. Pourtant, combien sont-ils à lui faire la danse du ventre  ? Yannick Jadot, Nathalie Loiseau, Olivier Faure, Benoît Hamon... Tous se prétendent d'un quelconque lien avec cet éveilleur de conscience de la cause environnementale. Lui ne sait pas pour qui il votera. À vrai dire, personne ne l'a convaincu à l'heure de ces lignes. Ni la présence des Pascal (Canfin et Durand) sur la liste LREM ni la tête de liste PS Raphaël Glucksmann, dont il salue malgré tout « l'esprit nouveau ». Personne ne trouve grâce aux yeux de l'ancien animateur : « J'attends celui qui aura une vision, une ambition, des objectifs, un chemin pour y parvenir, des moyens réglementaires, financiers pour les atteindre. » Ce candidat-là, à en croire Hulot, n'existe pas (encore). Au-delà des personnalités, seule la cohérence lui importe. « Au-delà des objectifs, quels moyens va-t-on se donner  ? Qu'ils nous le disent  ! Je ne veux plus me laisser prendre. »

Pérou / Bruckert

Vues : 46

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 16 mai 2019 à 6:43
Commentaire de JF@ le 16 mai 2019 à 6:42

JF@

Activité la plus récente

Vidéo publiée par Anouchka Sorcière de l'Océan

La légende commence ici

Des Gilets Jaunes du 17, pays royannais et des Rubans verts (Colibris, Alternatiba) ont planté de jolis légumes dans l'esprit des Incroyables Comestibles : c'est génial
Il y a 4 heures
Billet de Anouchka Sorcière de l'Océan
Il y a 4 heures
BRUNET Isabelle a publié un statut
"Les bénéfices des associations de culture…"
Il y a 11 heures
GAWELIK Katy a publié un statut
"Salade aux lardons Vegan chou-rave et radis…"
Il y a 11 heures

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation