Chers amis

L'hiver, le vignoble en appelle à l'humilité, les travaux lents se succèdent à un rythme lent. L'écoulement du temps semble engourdi par le froid, le vignoble rentre en introspection.
La vigne est inspectée dans sa nudité, les squelettes fragiles sont invités à se tonifier aux beaux jours, les charpentes trop puissantes sont contraintes au régime, le vigneron est en intimité avec son champ.
A la cave, froide, le dernier millésime expurge son austérité, il se montre "acide, amer, peu expressif...", sa dégustation rappelle sèchement au vigneron combien le rapport au temps est une donnée fondatrice de l'élevage d'un vin de terroir. Humilité.
Eh oui, c'est vrai, au printemps le verre, interrogatif et grave, ressuscite puis explose d'expression et de véracité.
Cependant, il est une botte secrète qui entraine à la patience et à l'humilité : l'exploration de la collection de vieux millésimes.

Sur un tout autre chapitre, mes mots m'invitent maintenant à évoquer un volet beaucoup plus administratif de notre métier.
La réforme des appellations contrôlées a imposé aux AOC nationales un changement de cap important dans la manière de gérer celles-ci. Les intentions pures de responsabilisation de la profession et d'élévation des exigences de production ont touché au but d'une manière sporadique, toujours en prise avec un contexte local plus ou moins favorable.
Il est essentiel de citer ici les vignerons S, H puis P, Jean-Bernard, J-L et G pour l'énergie dépensée afin que la machine administrative fonctionne dans un cadre honorable. Merci .

Bien à vous tous et n'oublions pas : les vieux millésimes !

Jean-Marc Grussaute, président de la Route des Vins du Jurançon
http://www.vins-jurancon.fr

Vues : 29

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

Commentaire de Nadia Aharonian le 3 février 2010 à 14:53
Dans ce domaine comme dans les autres, il serait bon de se renouveler. Il y a surproduction de vin, et en plus de moins en moins de gens en boivent, alors qu'un litre de jus de raisin bio coûte fréquemment 3,50 €, ce qui est inabordable pour le plus grand nombre. Mais les traditions ont la vie dure !

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation