Arrêtons nous 10 minutes pour écouter cette merveille de travail. Un violoniste occidental (vibrato très occidental et technique de placement des notes aussi) affine son oreille jusqu'à plus du quart de ton, pour unir son chant au sitar, sans perdre ce qu'il fait si bien! Il chante avec son violon, improvise, dialogue, joue ! Magnifique progression !disque ancien et précieux car premiers pas enregistrés du dialogue Orient -Occident qui continue

Vues : 108

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

Commentaire de MARISKAIA le 18 mai 2010 à 14:35
:-) Merci beaucoup Jao. J'aime la précision de ta description du "Sat-Tara" ou Sitar! Vibrations sympathiques. Bonne journée à toi aussi.
Commentaire de Jao Remsso le 18 mai 2010 à 11:00
Erratum...cela me fait sourire
Sept.......Sat
Corde,fil...Tara
guitare

laissons,les sons,lesson,
Commentaire de Jao Remsso le 18 mai 2010 à 9:51
Erratum...cela me fait sourire..
tu ne répond plus ,blocage?
Sat =fil,corde
Tara=sept
2 mots sanscrits donnant plus ou moins naissance au mot sitar,
7 cordes,des fois 6,
de 11 à 15 cordes sympathiques,
en générale 19 frettes,
Sa approximativement Do
Ri,Re approximativement Ré,
1)atikomal RI 22 cents
2)komal Ri 112
3)madya Ri 162
4)suddha RI 204

50 cents plus au moins égal a un quart de ton.
ceci n'est qu'une infime parti des nuances de la musique Indienne (ou autre d'ailleurs),
J'ai du apprendre tous ces termes pour écrire et jouer avec des musiciens qui ne pratiquent que la
musique indienne traditionnel.
De même que le tiers et demi de cent est cinquante,
la moitié du tiers facilement représentable physiquement pose problème au mental binaire (sourire),
deux croches et simultanément un triolet de croches,ou en "ternaire" trois croches et deux croches pointées.
Toutes ces notions approximatives pour écrire la musique ,mais pas pour la jouer,en effet que ce soit pour les musiciens indiens(qui savent l'écrivent) ou manouches(qui n'écrivent pas la musique) avec qui je joue,ce n'est
pas un problème,l'oreille,la concentration suffit...Quelle paix.
J'ai écrit, disséqué,fabriqué des sons de synthèse etc ,maintenant je fais tout instinctivement,
je vis au milieu d'une symphonie naturel instantanée et perpétuel,symfaunie ,la nature.
Les mots,les descriptions n'ont plus de significations pour moi autre qu' approximatives,
je ne vois plus d'erratum,je rejoins ma voix d'enfant.
J'y retourne,bonne journée

Namaste
Commentaire de Jao Remsso le 15 mai 2010 à 0:27
écoute,ta description poétique du dèpart"Il chante avec son violon, improvise, dialogue, joue",
est suffisante,je l'ai dèrangée avec toutes ses reflexions,
j'exprime mieux tout cela avec des sons.

douce nuit
Commentaire de MARISKAIA le 14 mai 2010 à 20:49
Erratum: je me suis débouchée les oreilles et le début commence par la note fondamentale, la QUINTE (non la quarte) et l'octave, s'approchant au plus près des harmoniques naturels d'un son (fondamental, octave et quinte). Voilà, en écoutant je révise !
Commentaire de MARISKAIA le 14 mai 2010 à 15:27
Puisque nous parlons musique, allons-y! Le mode d'accordage du violon classique occidental est en quintes (sol, ré, la, mi ) plus proche d'ailleurs des harmoniques naturelles que la guitare classique qui s'accorde en quartes et tierces. Peut-être que je n'ai pas bien compris ce que tu entends par "principe des tierces", mais j'ai bien compris le mode d'accordage différent traditionnel indien par exemple de l'instrument (tempura?) au tout début: deux notes- intervalle de quarte! sur lesquelles se base le Raga.
C'est difficile de se comprendre ! c'est très intéressant aussi...
Parfaitement d'accord avec toi sur les musiciens méconnus qui sortent des conventions et aussi sur la réalité riche de diversités et de nuances.
A+
Commentaire de MARISKAIA le 14 mai 2010 à 14:33
D'accord avec ce que tu ressens même si je n'entends pas l'écrasement, ni la domination du violon dans le son commun. Le violon est tout simplement différent, c'est pour cela qu'il ne se fond pas ! Je voulais souligner le travail pionnier de Menuhin dans l'ouverture auditive concrète à une autre sensibilité musicale. Quand tu connais le poids de la tradition classique occidentale à l'époque, c'est remarquable. Depuis, du chemin a été parcouru et nos connaissances ont évolué grâce aussi au retour à notre propre culture modale (Moyen-âge) dont tu parles.
Merci pour ton appréciation!

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation