Bonjour,

Je relis avec intérêt un message ancien de Bernard Marie sur le fait d'avoir des bases claires pour les AMAP.

Notre "AMAP" n'est pas une AMAP au sens de la marque déposée, mais plutot un gorupement d'achat. cela se traduit dans les faits par un transfert d'argent entre le consommateur et le producteur via l'AMAP, et le fait que le producteur n'est pas présent à la livraison, mais il ne reçoit qu'un chèque et une commande consolidée, ce qui réduit le travail administratif.

Nous sommes donc concernés par une note de service de la DGAL concernant les lieux de distribution, en particulier concernant les produits animaux.

Donc branle-bas, nous reflechissons a devenir une vraie AMAP avec le (r). Sommes-nous prêts nous les consommateurs à etre vraiment solidaires avec les producteurs, partager les risques sur la production? Les producteurs sont-ils prêts à s'engager, en particulier à venir livrer personnellement?

Faut-il uniquement modifier notre fonctionnement, ou est-ce aussi indispensable de signer la charte des AMAP? Je n'aime pas trop l'idée d'une marque déposée AMAP, ni de se regrouper et entrer dans les joies du lobbying.

J'engage ma réflexion (il faudra que j'aie un avis pour la prochaine AG, je n'ai lu ni la note de service ni la charte) mais j'imagine qu'il y a d'autres entités concernées par cette réflexion. Si vous êtes dans un groupement concerné par le problème, qu'en pensez-vous?

Merci

Fabienne

Vues : 329

Réponses à cette discussion

Chère Fabienne,

 

La marque AMAP a en effet été déposée à l'INPI en 2003 par Alliance Provence, au grand dam des fondateurs "historiques" en France du mouvement, Daniel et Denise Vuillon, de la ferme des Olivades. On a encore eu là un malheureux exemple de récupération d'une idée de la part d'un petit groupe. Les Vuillon s'étant eux-même inspirés de ce qu'ils avaient vu faire aux USA avec les CSA, je crois qu'ils n'ont pas pensé à revendiquer à ce point d'être propriétaires de ce modèle de commercialisation.  En tout cas, depuis, chaque groupe qui porterait ce nom et qui ne respecterait pas la charte est susceptible de poursuites.

Comme une bonne partie des groupes en AMAP ne veulent pas risquer un procès, vous remarquerez qu'ils portent un nom où ce sigle n'apparait pas. C'est également un moyen de moins "coller" à la charte, tout en respectant les principes de maintien d'une agriculture paysanne. La question de la présence du producteur à chaque partage de récoltes est la plus problématique, car un maraîcher, par exemple, parvient difficilement à vivre avec un seul groupe de mangeurs citoyens, il lui faut la plupart du temps livrer plusieurs groupes, et s'il tient à garder une vie de famille, s'absenter plusieurs soirs par semaine de chez soi n'est pas idéal.

Son engagement est moins de ce côté là, à mon avis, que dans celui qu'il prend de vous apporter (ou de vous faire apporter, donc) ses propres légumes (fruits, viandes, miel, produits laitiers...) sur une durée pré-définie, et en s'efforçant à une régularité sur la quantité et la qualité (ce qui n'est pas la moindre des difficultés). Si vous trouvez que vous ne le voyez pas assez, les visites d'entraide ou de pique-nique à sa ferme sont un très bon moyen de faire plus ample connaissance.

 

Ce qui me parait important en revanche, c'est l'engagement des mangeurs envers le producteur sous forme d'un contrat ayant une durée qui permette à ce dernier de programmer son travail de semis et de récolte, ou d'élevage de ses bêtes. Vous faites état d'une commande consolidée et d'un seul chèque par livraison, mais si je comprend bien, votre producteur ne sait pas à l'avance le volume et la valeur de la commande ?

 

La question de la juste rémunération du producteur est cruciale également. Ne pas oublier qu'il s'agit d'une profession en voie de disparition en France, et que s'engager dans une Amap est un des moyens de lutter contre la désertification de nos terres agricoles (par désertification, j'entends aussi les déserts verts de monocultures, maïs, blé, tournesol...)

 

Écarter poliment d'entrée les gens qui penseraient avant tout à manger bio pas cher sous prétexte qu'il n'y a pas d'intermédiaire me paraît salutaire pour la suite de l'expérience. Ça peut paraître très brutal et élitiste, comme phrase, mais pour ma part, j'estime que le rôle des Amaps est aussi pédagogique : il s'agit de prendre tous conscience que la sauvegarde du contenu de notre porte-monnaie, en matière d'alimentation, a abouti à un appauvrissement dramatique de nos agriculteurs. Certes, les grands groupes agro-alimentaires et de la grande distribution sont en partie responsables, mais nous tous aussi, qui consacrons une part de plus en plus minime de nos budgets à nous nourrir, et pire, qui ignorons le plus souvent qui nous nourrit.

 

Alors Amap "officielle" ou pas, tout système d'échange qui rapproche ceux qui produisent de quoi nous faire vivre et nous, qui en sommes incapables ou empêchés par notre mode de vie, va dans le bon sens.

 

Pour terminer, je vous invite à lire les quelques phrases simples où Denise Vuillon résume ce qu'est une Amap, sur notre site : http://sites.google.com/site/amaphautbelleville/decryptage/AMAP

 

Si vous avez des questions précises, n'hésitez pas, j'espère que vous aurez également des avis du côté des producteurs, ce sera précieux.

 

Bien amicalement,

 

Anne-Lise

(amapienne de longue date, et engagée auprès des Amis de la Confédération Paysanne)

RSS

Activité la plus récente

Billet de JF@
Il y a 3 heures
Bernard Joseph s'est joint au groupe de Anne-Laure Charrier
Miniature

Une (R)évolution intérieure

Une nouvelle étape de campagne citoyenne va animer la vie du mouvement Colibris tout au long du 1er…Plus
Il y a 22 heures
Kpsens/Point Soleil s'est joint au groupe de R-évolution Intérieure CL74
Miniature

(R)évolution Intérieure - Léman 74

Cercle du groupe local Colibri du Léman - 74 dédié à la campagne citoyenne initié par le mouvement…Plus
Il y a 23 heures
Événements publiés par Kpsens/Point Soleil
hier

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation