Informations

Les amis du désert

Tous pour l'aide au développement et la sauvegarde de la palmeraie, dans la vallée du Drâa.

Site Web : http://www.jnanelenomade.ch
Emplacement : le désert
Membres : 39
Activité la plus récente : 31 oct. 2016

Le festival international des nomades.

 Il aura lieu du 08 au 10 Mars 2012.

 Bienvenue a toutes et tous.. Jnane le nomade vous accueil a bras ouvert.

Forum de discussion

Une Biographie de ma tribu * Les Âribs *

                                                            Ma tribu -Les Âribs-Bonjour à toutes et à tous.…Continuer

Démarrée par Ayli alnomade 21 août 2012.

Découverte 1 réponse

Bonjour, merci de nous faire découvrir votre lieu de vie et la façon dont cela se passe pour vous. Bien qu'étant curieux, je ne connais pas votre région. Je pense que nous avons bien des points en…Continuer

Démarrée par Pierre-André Cancel. Dernière réponse de Ayli alnomade 15 déc. 2011.

Mur de commentaires

Commenter

Vous devez être membre de Les amis du désert pour ajouter des commentaires !

Commentaire de Brigitte Bornes le 27 janvier 2012 à 19:52

On peut en apprendre beaucoup des animaux. Pour ce qui est de "récolter" la rosée du matin, un grand nombre d'insectes, car le désert est loin d'être désertique (!) utilisent déjà ce procédé depuis des milliers d'années. En regardant, il y a longtemps de ça, un reportage tv, j'ai vu des scarabées récupérer l'eau qui s'était déposée sur leur corps pour, ensuite, se réhydrater avec. Comme quoi l'homme n'a rien investé et ferait bien de s'inspirer du règne animal, qu'il copie quelquefois dans un but militaire (!!!) pour trouver des inventions profitables à tous.

Commentaire de Elie Sonio le 27 janvier 2012 à 18:37

Bonjour contente de découvrir ce groupe. C'est une super initiative j'aime beaucoup l'idée :)

Commentaire de Ayli alnomade le 23 janvier 2012 à 14:40

Le Sahara est un sanctuaire ou est conservée une partie des archives de la terre. Les reliefs, les sables, les roches, sont autant de documents attestant une histoire géologique parfois tourmentée, souvent au défilement d'une lenteur toute géologique. Observer les paysages de ce désert, perforer sa peau, c'est lire un livre d'histoire plein de surprise, nous faisons passer des profondeurs des océans au froid de la banquise, de la chaleur de la lave aux forêts des tropiques.
La chronologie des faits géologiques qui conduit au Sahara tel que nous le connaissons remonte aux premiers âges de la croûte terrestre, lorsque se forme ce qu'on appelle le " Socle" ou le " Bouclier précambrien ". Ce socle, raboté par l'érosion, servira de base aux premiers dépôts sédimentaires fluviales il y a environ 600 millions d'années. puis, ce premier dépôt se retrouve immergé dans une mer peu profonde et de nouveaux sédiments viennent s'y ajouter : ces couches sont les premiers grès du future Sahara. Ceux qui forment aujourd'hui les paysages de ruines de Tassilis.
Il faut aussi se rendre compte que le vaste continent qui porte le future Sahara est un lent voyageur parti de bien loin. Il lui faudra longuement migrer du sud vers le nord de la planète, pour atteindre sa position et sa forme actuelles.
Ainsi, il y a 420 millions d'années, le future Sahara se trouve au pôle sud. Et il est recouvert d'une calotte glacière. Son lent voyage vers le nord va le faire sortir de l'emprise des glaces et cette terre est à nouveau immergée dans une mer froide issue de la fonte de cette calotte. Les sédiments accumulés dans cette phase, très riches en matières organiques, vont devenir les principaux réservoirs à hydrocarbures.
Vers 235 millions d'années, le Sahara est au coeur de la Pangée, vaste continent qui va ultérieurement se séparer pour donner les Amériques et l'Afrique. Il est alors très proche de l'équateur, et vit en conséquence une période faste de végétation probablement proche de la jungle..!
Vers 60 millions d'années, la migration tropicale humide règne alors en maître. C'est vers 30 millions d'années que le Sahara s'approche de la position actuelle, et que commencent les successions de bouleversements climatiques qui l'amèneront à connaitre une vie identique à celle de la savane, jusqu'à la constitution finale du désert, aventure extrêmement récente à l'aune des temps géologique: cette période désertique se joue en quelques dizaines de milliers d'années.
.. Un grain de sable dans le sablier du temps géologique..

Commentaire de Ayli alnomade le 17 janvier 2012 à 10:13

Bonjour a vous tous.

         - Le sable est un microcosme passionnant.. Mais aussi nuisible. -

 " Qui sait lire dans un petit grain de sable acquerra plus de savoir que dans une grosse boule de cristal.

 Ainsi, tout le sable du Sahara est le résultat d'une abrasion de roches qui s'est jouée au cours des quelques derniers millions d'années. La semoule qui résulte est du reste le reflet de la roche usée, démolie par l'érosion.

C'est ainsi une sorte de vanité à l’échelle géologique, puisque la roche démolie et retournée au sable redeviendra roche, lorsque les particules seront soumises à de nouvelles contraintes géologiques qui vont les agglomérer.

    Le vent est le moteur de cette érosion. Il a un pouvoir très important dans les régions ou le couvert végétal est absent. Là, les particules en suspension dans l'air agissent comme de vrais projectiles et transforment le vent en véritable souffle abrasif. Le sable est à la fois agent et produit d'érosion et l'on estime la pulvérisation des roches à plusieurs milliers de tonnes au Km. carré par ans dans les régions arides à végétation rare.

 Le vent est aussi un excellent agent de transport du sable. Ainsi, le vent modèle constamment les dunes et par fois même les déplace.

Parfois, de fortes tempêtes de sables peuvent déplacer les fines particules haut dans l'atmosphère et ce sur plusieurs milliers de Km. Il a même été estimé que le vent transportait en une année près de 250 millions de tonnes de sables du Sahara à l’océan Atlantique.

  Il en tombe chez vous a Paris, ou il couvre régulièrement les voitures d'une pellicule de poussière ocre.

 Le sable du Sahara est presque exclusivement formé de grains de quartz, oxyde de silicium, un des seuls minéraux à résister à l'usure. La plupart des cristaux de quartz qui constituent le sable sont recouverte d'une Patine, en général de l'oxyde de fer, qui leur donne une teinte variant de l'ocre au rouge.

 Ce rouge est généralement d'autant plus intense que sable est ancien. On remarque aussi, à la base des dunes, une concentration de grains noirs, il s'agit de débris minéraux riches en fer, plus lourds, qui peinent à s'envoler.

  Le sable est aussi un milieu de vie pour des êtres microscopiques ( Algues, Bactéries ou champignons..), parfois les seuls êtres vivant au cœur du désert aride. certains de ces micro-organismes jouent un rôle important dans l'aspect et la forme que peuvent prendre les grains de sables. En effet, ils sont capables de provoquer une agglomération des grains de sables sous forme concrétions, couvrant le désert de petite boules. Quant aux " Roses " elles n'ont rien à voir ni avec une plante, ni avec de l'urine de dromadaire, comme prétend une tradition orale tenace. Il s'agit de cristallisations de gypse, un sulfate de calcium, imprégnées de grains de sable. On les trouves généralement dans le fond d’asséchement de lacs saumâtres.

  L'observation au microscope d'un grain de sable nous raconte son histoire et son voyage grâce à sa forme caractéristique, sa taille, sa composition et les traces d'usure qu'il porte, c'est un véritable agent de renseignement qui trahit la roche dont il fit partie jadis.

Commentaire de Pierre-André Cancel le 17 janvier 2012 à 8:57

Voici le lien où l'on peut rouver des explications sur les systèmes de récupération de la rosée:

http://fr.ekopedia.org/Fontaine_%C3%A0_vent.

Dans le roman de fiction "Dune", Franck Herbert décrit ce principe utilisé par les hommes du désert, "les freemen" hommes libres, qui vont également cueillir la rosée au petit matin...

Commentaire de Pierre-André Cancel le 17 janvier 2012 à 6:49

Bonjour, si la cause de cette situation est bien humaine, c'est par une prise de conscience de chacun que les choses pourront changer, et cela peut être moins rapide que la progression du désert, ou se répandre comme une trainée de poudre.

Qui aurait pu prédire ce qui c'est passé en Tunisie il y a seulement un an?

Pour en revenir aux filets, ce n'est qu'un matériau parmi tant d'autres.L'objectif est de créer de la condensation, et le fait que le vent soit glacial est un avantage dans ce cas de figure, puisque c'est la différence de température entre le jour et la nuit qui favorise cette condensation. Je vais faire une recherche sur le net et dans mes documents pour pouvoir en dire un peu plus...

Commentaire de Ayli alnomade le 16 janvier 2012 à 21:29

Bonsoir Brigitte.

S'il y avait quoi que se soit de la part du gouvernement, on en serait pas la a écrire partout pour avoir de l'aide.. J'ai crée cette association parce-qu’il n'y a pas d'autre issus pour stopper cet avancée. la palmeraie crève devant tout le monde. Quand j’étais petit, j'ai joué partout dans cette palmeraie, il n’avait pas de sable dans cette région. maintenant il est presque partout.

  Si je vous invite, c'est pour voir, et sur place ce qu'on fait et de nous aider a faire quelque chose pour que les gens peuvent réintégrer leur terrain d'agriculture.. et faire en sorte que ces même gens, trouve de quoi vivre, en travaillant dans d'autre domaines: comme le tourisme, puisque c'est une région magnifique, " pas le tourisme de masse". mais un tourisme équitable et responsable.

  Notre système d'irrigation, c'est a l’ancienne, par canaux et des puits maintenant avec des pompes et moteurs.

   

Commentaire de Brigitte Bornes le 16 janvier 2012 à 19:37

Quelle est la position de votre gouvernement sur cette problèmatique ? Est-il envisagé de faire appel à des énergies propres telles des éoliennes pour règler certains manques comme celui de l'eau ou existent-ils des projets d'irrigation "à l'ancienne", que certains peuples savaient dèjà utiliser, avant la "civilisation moderne" ?

Commentaire de Ayli alnomade le 16 janvier 2012 à 15:39

Bonjour Pierre-André.

Merci pour le conseil, non je ne connais pas ces filets, mais le compost c'est ce qu'on utilise par ici.. Mais le vent glacial de cette période nécessite beaucoup d'effort, et les moyens pour entretenir sont difficile a avoir. le manque de touriste cette année n'a pas tellement aider l'association non plus.

  Merci encore.

Bien a toi.

Ayli

Commentaire de Pierre-André Cancel le 16 janvier 2012 à 6:31

Coordonnées de Agrisud:

http://www.agrisud.org/

 

Membres (38)

 
 
 

Activité la plus récente

Emma Dubos a répondu à la discussion Projet de Jardin (2019) de Emma Dubos du groupe Jardin partagé à Marseille.
"Bonjour Angelo, il y a deux terrains disponibles : Le premier était un jardin partagé…"
Il y a 3 heures
ColibrisNath a commenté le groupe Femmes d'ici et d'alleurs de ColibrisNath.
"DU 20 AU 29 SEPTEMBRE 2019 Festival pluridisciplinaire ​ Les créatrices sont…"
Il y a 13 heures
Mannarino Angelo a répondu à la discussion Projet de Jardin (2019) de Emma Dubos du groupe Jardin partagé à Marseille.
"Salut à tous :) J'habite dans le 10ème et je suis très…"
Il y a 18 heures
Mannarino Angelo a répondu à la discussion Qui est intéressé par un jardin partagé à Marseille ? de Gaël du groupe Jardin partagé à Marseille.
"Salut à tous :) J'habite dans le 10ème et je suis très…"
Il y a 18 heures

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation