Bonjour,

Je tente de lancer une discussion pour vous demander vos avis ou témoignages sur une question qui me tracasse pas mal en ce moment :

Est-il possible de trouver un emploi sans avoir ni à partir au bout du monde ni à marcher sur ses convictions ?

Bon, tout d'abord, je vous présente mes excuses que ceci soit mon premier post. Je suis membre du groupe depuis un petit moment mais n'ai pas encore trouvé l'occasion de participer, ce qui ne saurait tarder.

Pour vous expliquer rapidement le pourquoi du comment cette question, en fait me voici suis fraichement diplômée ingénieure en agriculture, territoires et environnement, pleine de bonne volonté et prête à faire partie du grand mouvement de transition de l'agriculture et de la société vers un monde plus durable et plus respectueux de la vie, nantaise de coeur prête à accompagner et faire éclore des projets de développement local qui fédèrent et qui nous ressemblent....... et me voici (haha !) confrontée à la réalité du marché de l'emploi : les associations et structures de conseil embauchent peu ou pas, et ce qui recrute, ce sont les technico-commerciaux du secteur banquaire ou des grandes firmes de production agricole intensive.

Alors voilà, un peu déboussolée, je viens vous demander si certains d'entre vous ont des expériences similaires à partager, si vous avez réussi à trouver un emploi qui vous plaise et par quoi vous êtes passés pour y parvenir. Ou si au contraire vous vous êtes résolus à prendre les emplois qui vous étaient proposés quels qu'ils soient, et à construire le monde dont vous rêvez sur le temps extra-professionnel.

Merci d'avance pour vos réponses et bonne journée à tous !

Vues : 1533

Réponses à cette discussion

Bonjour à tous,

Ca fait plaisir de vous lire. Pour ma part, J'ai eu un parcours en dehors de la voie générale. J'ai découvert mon métieur en trouvant une association qui organisait des chantiers de jeunes (j'y ai en même temps découvert le milieu associatif). Je suis devenue animatrice sans savoir que je pourrai m'épanouir dans cette profession.

Ce qui me plaisait dans ce métier, c'était la possibilité d'initiatives, de possibles, la variété et la créativité. Mais plus encore ce que j'y ai découvert, c'est la réalisation de projets collectifs.

Je continu d'aller au travail avec plaisir, mais j'ai aussi envie de vivre autrement. J'habites à côté de Nantes et j'essaye de transformer mon jardin en un lieu accueillant pour tous ceux qui aiment la nature, petit à petit la nature sauvage ré investi ce terrain. J'ai décidé de m'installer dans ce petit hameau après avoir échouée dans la construction d'un habitat groupé sur la commune. Il y a une dizaine de maisons la population est en majorité âgée mais nos enfants sont là aussi pour rajeunir les troupes.

Je suis assez d'accord avec vous tous, on ne nous apprend pas à vivre en harmonie avec la nature et les hommes. 

Prenez votre temps, faites ce qui vous semble bon pour vous, écoutez vous, vivez le moment présent !

et si vous voulez échanger avec moi en direct voici mes coordonnées 02 53 55 37 55 (il y a un répondeur si je ne suis pas dispo je vous rappellerai) vous serez les bienvenue dans ce petit paradis

La vie est un petit bonheur à savourer à chaque instant

Isabelle 

Bonjour Maïwenn,

Beaucoup de choses sont possibles mais il faut parfois se donner du temps pour concrétiser un projet de vie. Comme tu l'indique, il est difficile ou rare de trouver un travail qui réponde exactement à tes volontés dès le début. C'est pourquoi il ne faut peut être pas trop s'inquiéter de commencer par un travail "classique" si tu connais le chemin que tu désire suivre. Le plus important étant de ne pas s'habituer et de toujours progresser dans son quotidien pour arriver à la vie que tu rêve.

Il ne faut pas être trop dur avec soit même et il suffit de regarder le parcours des personnes admirables pour se rendre compte qu'il y a souvent (tout le temps?) des étapes et qu'il est rare de faire 100% bien dès le début. Ok, certains y arrivent mais nous n'avons pas tous les mêmes possibilités au même moment, il faut l'accepter.

Pour partager mon cheminement, j'ai également effectué des études "agricoles" mais dans le domaine de l'aménagement paysager. Ce qui me plaisait, c'était de créer des plans de jardins et d'apprendre le fonctionnement du sol, des plantes, leurs noms,... Par le biais d'un stage qui a bien fonctionné, j'ai poursuivi ma formation en apprentissage dans un petit bureau d'études entre Angers et Nantes. J'avais la chance de découvrir et de réaliser plein de choses en parfaite autonomie. Mais ce n'était pas tout rose pour autant, les relations entre les employés et/ou employés/direction étant souvent difficiles et continuellement dans le rapport de forces, je ne me voyais pas faire "carrière" dans l'entreprise. J'ai continué mes études sur Angers et je suis partis dans une ferme Suèdoise en Wwoofing pendant l'un de mes voyages. C'est dans ce lieu que j'ai découvert qu'il était possible de vivre autrement!

De retour de voyage, ma vie "classique" n'avait plus trop de sens et je me suis posé la même question que toi. Je ne me voyais pas continué dans cette direction mais je m'étais engagé à travailler quelques années dans la structure qui m'avait formées. De plus, a bien y réfléchir, pour réaliser un projet de vie relativement différent, j'ai estimé (pour ma part) que le plus important était de limiter mes charges (loyer, nourriture, véhicules,...) une fois le cap (de vie) passé. Cela demande du temps et de l'argent ce qui se goupillait pas trop mal avec mon obligation de travailler plusieurs années.

Durant ce temps de "transition", j'ai tout d'abord acheté une petite maison en ruine que j'ai entièrement refait avec des matériaux écologiques et du coin. Même si je ne compte pas spécialement faire ma vie ici, je n'ai aujourd'hui plus de loyer à payer et je peux revendre la maison à tout moment pour partir sur un autre projet si besoin.

De plus, j'ai acquis l'expérience nécessaire dans mon métier et j'ai ainsi monté ma propre structure une fois ma démission déposée... J'en ai profité pour voyager plusieurs mois durant lesquels j'ai créer d'autres projets. C'est ainsi qu'aujourd'hui je dessine et réalise également du mobilier à base d'objets de récup.

Après 5 ans de transition, je passe maintenant à la dernière étape, être le plus indépendant possible vis à vis de la nourriture. Pour le moment, c'est l'été, donc c'est assez simple, le potager donne à fond mais je sais qu'il me faudra pas mal de temps pour y arriver toute l'année. Peu importe, du moment que je connais le chemin...

Désormais, j'ai le luxe d'occuper le temps entre :

   - les amis, les bricoles dans la maison, le potager, les voyages.

   - ma structure

   - des boulots saisonniers en complément chez des arbos/viticulteurs bio (devenus des amis) pour conserver l' autonomie éthique et artistique de ma structure.

Je pense qu'il me reste encore 2 ans pour apprendre ce qu'il me reste à connaitre et vivre à 100% ce que je voulais. J'espère partir ensuite sur de nouveaux projets à plusieurs mais ça reste encore vague. Chaque chose en son temps...

Alors oui, je ne pense pas qu'il soit facile de mener exactement la vie que nous désirons dès le début, cela se construit (déconstruit?) à coup de patiente mais tout est possible lorsqu'on est déterminé et que l'on persévère. Donne toi du temps et accepte ce temps de transition pour construire ton projet de vie. :)

Christophe

(PS : Désolé pour le roman mais ça permet d'être clair.)

Bonjour Maïwenn,

Quelles sont tes nouvelles?

J'ai Un BTSA et une licence pro comme toi. J'ai renoncé à plusieurs postes par convictions. Je ne sais si je dois le regretter.

J'ai depuis un travail alimentaire mais pour un employeur en accord avec mes convictions.

Au final je suis frustrée car mes compétences ne sont pas reconnues et j'ai l'impression de ne pas faire suffisamment ma part!

Je suis souvent découragée et je cherche encore ma place...encore trop enfermée dans un modèle étriqué!

A bientôt de te lire

Bonjour Maïwenn,

Je me permet de répondre à ton post puisque je viens de rejoindre le groupe net que ton sujet me parle.

J'ai passé dix ans à travailler d'un métier qui me passionnait puis j'ai dû me reconvertir car celui-ci m'avait abimé physiquement et que j'estime en avoir fait le tour. J'ai donc dû changer pour me retrouver dans le commerce et découvrir d'autres aspects de l'entreprise, de l'économie et de ce qui fait tourner le monde. Le temps libre que je peux avoir maintenant je le consacre à découvrir ce que je veux vraiment, mes idées évoluent et j'y passe le plus clair de mon temps. . J'espère avoir l'opportunité de changer d'emploi et de branche dès septembre prochain pour quelque chose qui soit plus dans mes convictions. Cependant, je pense qu'il est toujours bon de faire des projets, d'imaginer des solutions mêmes qui ce ne sont pas eux qui nous font vivre. Je te souhaite de trouver le bon équilibre entre les deux.

Chloé

Bonjour nouveau membre de ce groupe, j'apporte ma contribution à ce post que je juge très intéressant

Il est en effet délicat et c 'est un euphémisme de trouver une activité professionnelle en adéquation avec ses convictions profondes et ses aspirations lorsque l'on est un partisan de la "décroissance" 

Bien qu'ayant atteint l'age canonique de 35 ans(o) je n'ai  ainsi tjs pas trouvé ma voie professionnelle

Cela ne m'empeche pas de donner un sens à mon existence en m'impliquant fortement dans la vie associative.

Cependant, j 'aimerais bien (du moins à moyen terme, tant qu'il est restera difficilement concevable, a moins de posséder de nombreux savoirs faire manuels et de vivre en communauté, de subvenir à ses besoins sans avoir recours à l'argent ) exercer une activité qui me permettra donc de "survivre" tout en apportant une véritable contribution à la transition vers une société nettement plus solidaire, écologique,et égalitaire .

Dans cette perspective j'ai défini un projet qui serait certainement susceptible de conjuguer ces diverses aspirations

Il s 'agirait de créer une épicerie de produits locaux(majoritairement bios of course)  et d'aménager dans le prolongement de celle ci une salle qui constituerait un lieu de vie au quotidien pour les citoyens et associations d 'un territoire souhaitant se réunir(pour discuter, pratiquer des jeux de société, créer des liens etc) , mettre en oeuvre des activités (culturelle, artistiques, à vocation sociale etc) , débattre- (via des cafés philos, des cafés citoyens etc) , se documenter ( en utilisant une petite bibliothèque autogérée par exemple) et bien sur déguster les produits disponibles dans l'épicerie.

Ce type de lieu aurait donc pour finalités de proposer des produits de qualité en les rendant accessibles au plus grand nombre ainsi que promouvoir des valeurs alternatives au modéle d 'organisation éco et social dominant ,en fédérant dans la convivialité les habitants d 'un territoire et les projets porteurs d 'une plus value sociale, écologique ou culturelle qu'ils souhaitent y développer.

Cette idée vous parait elle pertinente et viable?

Sachant que je souhaiterais la concrétiser avec des "associés", qui serait éventuellement intéressé pour me rejoindre ou du moins en discuter avec moi dans un premier temps?

A très bientôt je l'espère

emmanuel savouret

Bonjour chers(es) colibris

Je poste un nouveau message pour vous faire part de l'évolution de ma reflexion sur  mon projet de lieu de vie quotidien "alternatif" ainsi que pour savoir si des personnes résidant dans le 44 ou le 49 seraient pretes à me soutenir afin de favoriser sa concrétisation 

voici les grandes lignes 

Lieu de vie répondant à différents besoins (économiques, sociaux , écologiques, culturels) d’un territoire et des différentes catégories sociales y résidant.

Superficie d’ environ 100 m 2( 150 maxi)

Un lieu ou l’on peut trouver une offre de produits locaux  diversifiés ( majoritairement bios) , et produits équitables  via une (épicerie de 60 à 70 M2) accessible aux ménages modestes 

Un espace de convivialité (30 à 40 m 2)ou les gens peuvent

1 trouver docs sur alternatives au système  productiviste, consumériste etc, à partir de thémes comme la souveraineté alimentaire, la relocalisation de l’économie, la promotion de modes de vie remettant en cause la prégnance des logiques consuméristes et individualistes ,etc (affiner) d ,

2  discuter  autour d’une boisson (jus de fruit, café, thé, bière ou vins locaux ?) ,déguster produits de l’épicerie (enjeux: lien social, sensibilisation aux produits bios et locaux etc)

,3 bénéficier d' animations, de débats, sur  les enjeux d 'une alimentation saine et locale,, , la consommation alternative , les   possibilités de transformation économique et sociale , (ex café citoyens, » conférence » etc)

4 lieu qui peut aussi etre  mis à disposition de collectifs ou d’associations pour  organiser des activités diverses fondées sur  le partage, la transmission, la création, la solidarité ( échanges de savoirs, savoirs faire autour de l’alimentation, du bricolage etc, ateliers culturels, etc ) 

Bref un lieu de vie, qui à partir d’une alimentation locale et saine accessible au plus grand nombre (enjeu majeur) peut contribuer à nourrir réflexion sur alternatives au modèle capitaliste, productiviste, consumériste, pyramidal , ainsi que faire évoluer rapport à la consommation et modes de vie au quotidien , favoriser mixité sociale et générationnelle, renforcer solidarités de proximité, sentiment d’appartenance à une « communauté locale », œuvrer à la relocalisation de l’économie à fortiori si création d’une monnaie locale.

ce lieu pourrait également contribuer à un "exercice actif"  de la citoyenneté via débats sur divers sujets, promouvoir rapports sociaux égalitaires, économie non marchande via activités au sein de l’espace de convivialité, fondées sur l’échange non monétaire, le partage etc 

Compte tenu des caractéristiques envisagées pour ce "lieu de vie", il serait probablement judicieux d 'adopter le statut de société coopérative d 'interet collectif, afin d 'associer les salariés(deux dans un premier temps) , les usagers , les associations locales,éventuellement une collectivité publique soutenant cette initiative .

En ce qui concerne son implantation, l'idéal serait certainement un petite ville ou un grand village chef lieu de canton ou il n'y ait pas de centre commercial démesuré ni de magasin bio , ou alors un quartier d 'une grande ville (nantes, angers) caractérisé par une réelle mixité sociale et comportant un noyau dur de militants associatifs.

Au vu des élements que je vous ai exposés( nature du projet, finalités, statut juridique, lieu d 'implantation etc ),que pensez vous de sa viabilité?

Qui serait pret à me rencontrer pour en discuter de vive voix?

J'attends vos réponses avec impatience

cordialement

emmanuel savouret

Bonjour!

J'ai moi même dans l'idée de monter un lieu d'accueil similaire à ce que tu proposes. Dans la volonté de mélanger un maximum les terrains, social, artistique, ou envirronemental, et créer des occasions de rencontres en favorisant au maximum la mixité sociale et les générations.

C'est la première fois que j'interviens sur un forum (mieux vaut tard que jamais), je ne sais pas trop comment ça fonctionne. D'autant que le post a deja quelques mois, peut etre est ce trop tard?

En tout cas je serais ravie de pouvoir échanger autour de ce projet! Voir ce qui est concrètement possible, mais tel qu'il est déjà présenté cela me parait tout à fait viable.

Si le coeur vous en dit toujours, à bientôt!

juliette

Bonsoir juliette merci pour ta réponse

Je serais moi aussi ravi de pouvoir échanger avec toi autour de nos projets qui semblent assez similaires en effet

si tu veux me contacter dans cette perspective, n'hesite pas, je te communique mon numéro de teléphone ( 06 11 28 32 38) 

a bientot je l'espère

emmanuel

 

bonjour, alors tjs pas de personnes intéressées par ce projet en loire atlantique ou dans le maine et loire?

Bonjour,

Je suis actuellement en train de définir moi aussi un projet du même type. Je n'en suis qu'au tout début, à poser mes idées sur le papier mais il se trouve que ce qui en ressort se rapproche beaucoup de ce que vous proposez.

Je serais tout à fait partante pour en discuter si vous recherchez toujours quelqu'un. Voici mon adresse email (at = @): pfeiffer.mathilde at gmail.com

Merci d'avance

Ben oui, j'ai peut être fait une erreur de postage, mais je propose dans ma ferme quelque chose de similaire. Je vous propose de visiter mon site en construction (il est très incomplet! ), ou de me téléphoner au 0613937893.
Bienvenue et à très bientôt :-)
Florence

Bonjour merci pour votre message, je vous contacte dans les jours à venir. Cordialement

emmanuel savouret

RSS

Activité la plus récente

Événement publié par Bernard Joseph

Eveiller les sens - 8-shields à Formation en-ligne

12 avril 2020 à 31 mai 2020
6 semaines de formation en-ligne pour Éveiller les sens, d'après celle de 8-shields, avec exercices…Plus
Il y a 4 heures
Bernard Joseph a commenté le groupe 8-Shields de Bernard Joseph.
"Formation 8-shields - Eveiller les sens (en français) 6 semaines de formation en-ligne pour…"
Il y a 4 heures
Groupe publié par Bernard Joseph
Miniature

8-Shields

Au cours des 30 dernières années, 8 Shields a développé des parcours de formation qui aident les…Plus
Il y a 4 heures
GAWELIK Katy a publié un statut
"Clafoutis salé tout en verdure ->…"
Il y a 18 heures

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation