dimitri gathy
  • Homme
  • hives
  • Belgique
  • respect de la nature, des…
Partager sur Facebook Partager sur Facebook Partager
  • Billets
  • Évènements
  • Groupes (1)
  • Photos
  • Albums photo
  • Vidéos

Amis de Dimitri gathy

  • Anne Wolff
  • Vincent DETHIER
  • Fettweis  Pascale

Groupes de dimitri gathy

Cadeaux reçus

Cadeau

dimitri gathy n'a reçu aucun cadeau pour le moment

Offrir un cadeau

 

Page de dimitri gathy

Informations concernant le profil

Quelle est votre occupation actuelle ?
photographe, demandeur d'emploi
Qu'est-ce qui vous amène dans le réseau des Colibris ?
respect de la nature, des êtres vivants, partagez mes aspirations
Quels centres d'intérêt, projets, aspirations, voulez-vous partager avec les autres membres ?
J'aimerais (& je suis entrain de le faire...) créer une coopérative de distribution locale, de produits bio, locaux et durables

Mur de commentaires (7 commentaires)

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

Le 14 décembre 2013 à 21:49, Anne Wolff a dit...

Un dépôt, un service gratuit, sans stockage, comme je l'ai vu déjà par exemple dans une association de droit au logement à Bruxelles, le mardi entre 16 et 18 heures les paniers étaient à disposition des personnes qui les avaient commandé. Un acte gratuit ! En l’occurrence nous ne sommes pas vendeurs mais des acheteurs associés, des achats groupés tout simplement. Des facilitateurs non rémunérés, une activité en plus de celles qui seraient elles destinées à faire tourner l'association financièrement, mais cela est une autre histoire....

Je sais que nombreux sont ceux qui ont du mal a assimiler la notion d'acte gratuit. Heureusement de plus en plus nombreux aussi sont ceux qui les pratiquent... pour la convivialité partagée et la beauté du geste.

Je viens de traduire pour Pascale quelques lignes au sujet du Marché du Troc qui se tenait à Caracas aujourd'hui dans un esprit similaire à celui de la Donerie de Barvaux et autres, je te les envoies, elles disent bien de quoi il est question,  :

"Tu peux amener n’importe quel produit que tu conçois et réalise, cela peut être des produits agricoles, des semences, des aliments préparés, des boissons, de l’artisanat, des articles ménagers, des travaux manuels, des objets d’art, d’ébénisterie, de ferronnerie. Tu peux également échanger des services. …la seule limite est ton imagination.

Les Marchés de Trocs se réalise de temps en temps avec l’idée de pouvoir former un collectif qui pratique le Troc de produits, services et savoirs de manière permanente, comme une manière de vivre, comme une pratique économique qui se base sur des valeurs distinctes de celles qui fondent la décadente économie capitaliste"

Merkado de trueke en Caracas hoy sábado

Le 14 décembre 2013 à 18:11, Anne Wolff a dit...

Je ne comprend pas encore bien le système, donc désolée si tu reçois mon commentaire en doublon

Tu n’y es pas encore. J’ai pris le train en marche donc je n’ai pas tous les détails Notre magasin, il serait sur internet, l’ASBL elle ne ferait pas que cela mais elle serait aussi celle qui gère et centralise les commandes et sert de lieu de dépôt de paniers non dans un esprit commercial, mais bien comme contribution qualitative au droit à la Souveraineté Alimentaire. Un endroit où des gens puissent venir chercher leur panier après le boulot, un lieu où des gens moins valides par exemple puissent trouver leur commande préparée sans avoir à courir eux-mêmes à gauche et à droite pour remplir leur panier (en finissant par se rabattre sur la malbouffe du super M, parce que trop compliqué), ou que pour des personnes fort isolées, ce soit l’occasion de partager un moment de convivialité, mais ce ne serait qu’un aspect de ses activités – dont toute une série fonctionnent déjà avec succès. Forcément, en bonne gestionnaire de budget, je mesure les investissements qu’implique le commerce alimentaire, c’est une profession à part entière et en tant qu’ASBL orientée vers le qualitatif, ce ne serait pas notre objet, nous avons d’autres objectifs, la discussion actuelle est une étude de faisabilité financière, mais c’est un autre débat, notre soupe. Notre insertion dans les réseaux de distribution se ferait donc en tant que point de dépôt qui travaille directement avec certains agriculteurs mais aussi avec des distributeurs locaux. Et c’est pourquoi je t’ai contacté, en tant que personne ressource possible.

Anne

Le 14 décembre 2013 à 18:08, Anne Wolff a dit...

Tu n’y es pas encore. J’ai pris le train en marche donc je n’ai pas tous les détails Notre magasin, il serait sur internet, l’ASBL elle ne ferait pas que cela mais elle serait aussi celle qui gère et centralise les commandes et sert de lieu de dépôt de paniers non dans un esprit commercial, mais bien comme contribution qualitative au droit à la Souveraineté Alimentaire. Un endroit où des gens puissent venir chercher leur panier après le boulot, un lieu où des gens moins valides par exemple puissent trouver leur commande préparée sans avoir à courir eux-mêmes à gauche et à droite pour remplir leur panier (en finissant par se rabattre sur la malbouffe du super M, parce que trop compliqué), ou que pour des personnes fort isolées, ce soit l’occasion de partager un moment de convivialité, mais ce ne serait qu’un aspect de ses activités – dont toute une série fonctionnent déjà avec succès. Forcément, en bonne gestionnaire de budget, je mesure les investissements qu’implique le commerce alimentaire, c’est une profession à part entière et en tant qu’ASBL orientée vers le qualitatif, ce ne serait pas notre objet, nous avons d’autres objectifs, la discussion actuelle est une étude de faisabilité financière, mais c’est un autre débat, notre soupe. Notre insertion dans les réseaux de distribution se ferait donc en tant que point de dépôt qui travaille directement avec certains agriculteurs mais aussi avec des distributeurs locaux. Et c’est pourquoi je t’ai contacté, en tant que personne ressource possible.

Anne

Le 14 décembre 2013 à 13:35, Anne Wolff a dit...

Je précise un peu. Deux aspects dans nos propositions. Un aspect serait de créer un lieu fixe de distribution des produits, mais qui soit aussi un lieu convivial, « « « socio-culturel » » », lieu de rencontre, de débat, d’échange, de partage qui permettrait aussi la dégustation de produits fermiers mais pas que cela. D’où, oui, le statut d’ASBL nous conviendrait mieux. Je pense que si tu veux toi créer une coopérative de distribution qui étend son champ d’action sur un rayon de 100 Km, un tel lieu à Barvaux devrait être pour toi point de ton circuit.

L’idée n’est pas de réunir un ensemble de structures dans une mégastructure (centralisation) qui les chapeaute et les dirigent mais bien de créer des plateformes d’association (tranversalité)  entre des structures complémentaires qui peuvent se soutenir, se venir en aide, élargir ensemble leur champ d’action respectif en respectant le plus possible le principe des circuits cours et en conservant chacun son autonomie.

Donc l’idée dans laquelle je te contactais, par exemple : quels sont les produits dont tu disposerais et que l’on ne trouve pas autour de Barvaux. C’est un projet qui est discuté par des personnes du Gac local qui propose déjà 5OO produits, mais on constate que la demande augmente constamment, les gens en ont marre de la malbouffe, une augmentation de la demande impliquera le recours à de nouveaux producteurs pour assurer un approvisionnement constant. Même les personnes qui cherchent à faire vivre des alternatives sont souvent conditionnées par l’esprit « supermarché » : trouver tout ce que l’on désire, quand on le désire et en un seul lieu, la diversité et l’approvisionnement continu sont donc des impératifs pour qu’un projet de distribution soit viable qu’il soit mobile (ton cas) ou fixe (le nôtre)…

Là nous entrons dans une période « gel des fêtes », mais la discussion reprend en janvier. Si tu veux t’y joindre tu seras le bienvenu.

Le 12 décembre 2013 à 16:34, Anne Wolff a dit...

Transversalité

Bonjour Dimitri,

Nous étions réunis hier avec Pascale et quelques autres à Hotton, pour participer à l'opération terre en vue à la ferme Renaud d'abord et ensuite nous avons discuté de la nécessité de créer des structures transversales, dans la région  (et ailleurs). Pour décharger les fermiers des tâches qui souvent leur pèsent autant la distribution, que l'administration et la promotion de leur produit, mais aussi la défense de la Souveraineté Alimentaire, etc,   et nous nous sommes dit qu'il serait bien d'organiser une petit groupe local de de personnes intéressées par la création d'un collectif de personnes concernées.

Je pense que cela pourrait t'intéresser

Anne

Je crois que nos projets se rejoignent, même si  l'idée,  serait plutôt de créer une ASBL qu'une coopérative.

Le 2 août 2013 à 19:33, dimitri gathy a dit...

Bonjour et merci de ton accueil!

Je me sens un peu seul à La Roche - Hives!!! Et la région de Barvaux-Durbuy bouge beaucoup... la preuve ;-).

Mon projet de distribution locale... j'aime pas trop en parler pour l'instant! Et surtout si ce n'est pas de vive voix. Mais un petit résumé... J'ai découvert des petits producteurs de produits de bouche et autres dans ma région. Je me suis (vite) rendu compte que faire ses courses en locale prend énormément de temps et d'énergie... pas très écologique!!! :-(. Aussi je voudrais appliquer le principe du panier bio (mais améliorer) dans un rayon de 100 km autour de chez moi. Bien sur toutes suggestions, mêmes celles qui semblent débiles ( ce sont, in fine, les plus à propos!) sont les bien venues. Critiques pareils!

dimitri

Le 1 août 2013 à 23:36, Fettweis Pascale a dit...

Bonjour et bienvenue sur Colibris Belgique !  Vous verrez en pages d'accueil  des infos et des liens sur des initiatives de Colibris en Belgique ...   Je vois aussi que nous sommes "voisins" ... Barvaux - La Roche ...  Peut on en savoir plus sur votre projet de distribution locale ??  On pourrait être intéressé par ici !  :-)

Bien à vous,

Pascale

 
 
 

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation