D’un côté, des chasseurs armés déterminés, de l’autre des animaux placés en liberté surveillée, sans possibilité de s’enfuir face à leurs poursuivants !

Peu connue du grand public, la «chasse en captivité» fait l’objet d’une campagne choc organisée par l’association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS), ce samedi 14 septembre, dans le but de dénoncer «l’aberration que constitue cette forme de chasse d’animaux prisonniers derrière des grillages», une pratique encore légale en France. Pendant plusieurs mois, entre novembre 2018 et février 2019, l’ASPAS a infiltré en caméra-cachée un parc de chasse situé en Nouvelle-Aquitaine. Cette structure détient des sangliers en captivité et vend à des chasseurs la possibilité de venir les tuer. «Notre enquête dévoile des pratiques sadiques et insupportables. Nous demandons l’interdiction de la chasse d’animaux maintenus en captivité», a indiqué au Figaro Madline Rubin, directrice de l’association.

Concrètement, la chasse en captivité est autorisée en France dans deux types de structures: les «parcs», dans lesquels la chasse est autorisée pendant les mêmes périodes qu’à l’extérieur, et les «enclos», dans lesquels la chasse est autorisée toute l’année. En France, il existe près de 1300 parcs et enclos qui détiennent entre 50.000 et 100.000 animaux (sangliers, cerfs, chevreuils, mouflons, daims...). Dans cette activité commerciale, toutes les parties trouvent leur compte. Les propriétaires des parcs ou enclos font payer aux chasseurs des forfaits de journées de chasse et/ou un nombre d’animaux à tuer. Pour les clients, l’intérêt majeur est de faire durer la partie au maximum puisque les animaux ne peuvent pas s’échapper. D’autant que «les animaux sont nourris, plus nombreux et moins farouches qu’à l’extérieur», note l’association.


Au cours de leur enquête, les militants de l’ASPAS ont pu pénétrer à plusieurs reprises dans un parc de chasse clôturé d’environ 500 hectares. La chasse s’y pratique avec une meute de chiens lancés sur la piste d’un sanglier. La traque peut durer une journée entière, l’objectif des chasseurs étant de faire courir l’animal et de suivre sa piste par l’intermédiaire des chiens grâce à des fourgons placés dans les différents secteurs du parc. «Comme ils sont sûrs de l’avoir, ils ne le tuent pas tout de suite. Il faut s’amuser avec», lance un enquêteur de l’association. Au final, le moment de la mise à mort est décidé par les chasseurs, après une traque épuisante pour l’animal, quand ils en ont envie, à un moment où le sanglier est acculé. Mais, parfois, les chiens n’attendent pas leurs maîtres et se jettent sur leur proie. «Il arrive que les chiens attaquent les sangliers. Parce qu’on ne fait pas de pitié, parce qu’on veut que les sangliers courent. Si on retient les chiens, le sanglier ne va pas courir», explique un employé du domaine devant la caméra cachée.

Outre la méthode de traque, l’ASPAS met en avant une mise à mort contraire à la réglementation en vigueur en France. Selon les constatations de l’association sur le terrain, les chasseurs tuent régulièrement le sanglier avec des épieux, de longs poignards au bout de perches métalliques. Au moins un sanglier sur deux serait tué par cet outil dans ce parc, les tirs de fusil ne représentant que la moitié des mises à mort. Or, en France, la chasse à l’épieu (comme à l’aide de toute arme blanche de catégorie 6) n’est pas autorisée à moins qu’il s’agisse d’un animal mortellement blessé ou «aux abois». Une fois tués, les sangliers sont transportés jusqu’à une «salle de découpe». Les chasseurs peuvent, s’ils le souhaitent, repartir avec un morceau de l’animal.

L’ASPAS dénonce ainsi le caractère «ludique» et «cruel» de chasser des animaux en captivité, ainsi que le «caractère non-éthique et l’aberration écologique que constitue cette forme de chasse directement liée à l’élevage de ces animaux, dans un contexte où les responsables cynégétiques mettent en avant les difficultés qu’ils rencontrent pour réguler les ongulés sauvages en liberté».

Blavignat

Vues : 63

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 16 septembre 2019 à 6:59
Commentaire de JF@ le 16 septembre 2019 à 6:59

JF@

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation