Des milliers de personnes sont attendues dans la rue samedi pour défiler contre le racisme, lors d'une centaine de manifestations organisées dans toute la France par le monde associatif et syndical, en réaction aux attaques contre Christiane Taubira !

 

Les premiers rassemblements sont prévus à 10h en Corse, à Nice et Valence. Ils seront suivis d'autres manifestations toute la journée dans plus de 80 villes de métropole et d'Outre-Mer. Le principal cortège défilera dans l'après-midi à Paris entre la place de la République et Bastille. Les organisateurs espèrent des "dizaines de milliers de participants".

 

L'initiative de cette marche revient à des collectifs d'ultramarins, CollectifDom et CM98, fortement affectés par les insultes racistes essuyées par la ministre de la Justice, comparée à une guenon à plusieurs reprises. Ils ont ensuite été ralliés par les quatre grandes associations antiracistes (SOS Racisme, Ligue des droits de l'Homme, Ligue contre le racisme et l'antisémitisme et Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples), par les six grandes centrales syndicales (CFDT, CFTC, CGT, FSU, Solidaires, UNSA), par des mouvements de jeunes (Fidl, Unef, UEJF...)

 

Au final, 101 organisations ont signé l'appel à manifester contre le "climat nauséabond" qui "s'installe dans notre pays". Le Parti socialiste a également indiqué qu'il soutenait l'initiative, appelant ses militants à se joindre aux cortèges. "Malgré nos différences, nos histoires diverses, nous avons su nous rassembler et nous espérons une grande mobilisation citoyenne", a déclaré Pierre Tartakowsji, président de la LDH. Pour toucher le plus grand nombre, les signataires se sont mis d'accord sur un mot d'ordre très général - la condamnation de toute dérive raciste - qui ne nomme aucun responsable et ne porte aucune revendication concrète. "Il s'agit juste de dire ça suffit", selon Vincent Réberioux de la LDH. "Il y a des moments où on ne peut pas rester chez soi", a renchéri Alain Jakubowicz, président de la Licra.

 

Mme Taubira, une Guyanaise, a été insultée à la mi-octobre par une candidate du Front national aux municipales (suspendue depuis), puis par une adolescente en marge d'une manifestation hostile au mariage homosexuel, avant que le journal d'extrême droite Minute ne la compare à un singe en Une. Début novembre, elle avait déploré la tiédeur des réactions face à ces attaques.

 

Depuis, les initiatives de soutien se sont multipliées avec, notamment,un meeting du PS "contre les extrémismes", une soirée d'artistes au théâtre du rond-point et une autre marche "des républicains" prévue dimanche 8 décembre à l'appel de jeunes militants de tous les partis politiques.

 

AFP

 

Vues : 56

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 30 novembre 2013 à 11:14

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation