Vues d’Occident, les Kiribati ont souvent été dépeintes comme ce paradis de sable blanc et de lagon turquoise qui, à y regarder de plus près, ressemble aussi à un enfer, perdu au bout du monde !

Isolées, dispersées, minuscules les trente-trois îles de cet archipel sont éparpillées sur 3,5 millions de kilomètres carrés (km2) d’océan – soit environ la superficie de l’Inde. Si on les juxtaposait, elles atteindraient 811 km2, à peine la surface du Grand Paris. Ces atolls coralliens occupent pourtant une place centrale sur un planisphère : au beau milieu du Pacifique, à la croisée de la ligne de changement de date et de l’équateur. Paradis ou enfer, l’archipel évoque aussi un autre mythe cher à notre imaginaire : le déluge. Affleurant à deux mètres en moyenne à la surface de l’océan, ce pays est l’un des plus menacés par la hausse du niveau de la mer, causée par le réchauffement climatique. Il est aussi l’un des plus pauvres, dépendant largement des aides internationales et des licences de pêche accordées aux navires étrangers pour puiser dans sa vaste zone maritime.

Omniprésente et vitale – les habitants des Kiribati comptent parmi les premiers mangeurs de poisson au monde, avec 77 kg par personne et par – la mer est aussi ce qui pourrait les perdre.

D’après les estimations du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, la montée des eaux pourrait atteindre 98 centimètres d’ici à 2100. Soit un tiers de l’altitude maximale de Tarawa. Un rapport de la Banque mondiale, datant de 2000, estime que si rien n’est fait, jusqu’à 54 % de Bikenibeu, une localité de Tarawa-Sud, et jusqu’à 80 % de Buariki, une île du nord de Tarawa, seront submergées d’ici à 2050. Erosion costale et submersions marines, salinisation des sols et maigres ressources en eau douce, mais aussi hausse des températures, hausse de l’acidification de l’océan les effets du changement climatique sont, aux Kiribati, aussi prégnants que les propres émissions de gaz à effet de serre de l’archipel sont négligeables – 72 000 tonnes de CO2 en 2013, contre 344 millions de tonnes en France et 9 milliards de tonnes en Chine.

Bolis

Vues : 92

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 26 septembre 2015 à 8:43
Commentaire de JF@ le 20 septembre 2015 à 7:56

Activité la plus récente

Vidéo publiée par Coralie Emilie Angélique Emeraud
Il y a 2 heures
benjamin burnley a ajouté une discussion au groupe Colibris Paris
Miniature

Cours de Conception en Permaculture social et vegan

Cours de Conception en Permaculture sociale et veganà Point Soleil, Ariège du 25 mai au 7 juin…Plus
Il y a 10 heures
Événement publié par benjamin burnley
Miniature

Cours de Conception de Permaculture sociale et végan à Point Soleil

25 mai 2020 à 7 juin 2020
La permaculture est un ensemble d'outils, de principes écologiques et de méthodologies rigoureuses…Plus
Il y a 10 heures
Billets de ColibrisNath
Il y a 11 heures

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation