extraits de "L'ETAT N'EST PLUS RIEN , SOYONS TOUT " de Raoul Vaneigem

Dans le foisonnement des évènements et des idées qui nous agitent aujourd'hui: créatifs culturelles, réseaux, révolutions non-violentes, gratuité et entreprises......je voudrais apporter quelques paroles lapidaires de Raoul Vaneigem:

"......assez de faux débats, assez d'idéologies! J'ai défendu, dans " Rien n'est sacré, tout peut se dire", le principe/tolérance pour toutes les idées, intolérance pour tout acte barbare. Notre seul critère, c'est le progrés humain, c'est la générosité du comportement, c'est l'enrichissement de l'existence quotidienne. Le droit à la vie garantit notre légitimité.

Le pouvoir joue sur l'émotionnel.La peur irrationnelle qu'il propage est une source de violence aveugle dont il excelle à tirer parti. L'avantage de collectivités locales soucieuses de décider de leur destinée, en accordant la priorité à l'instauration d'une vie authentiquement humaine, c'est que leur pratique implique le dépassement de l'émotion brute et suscite l'éveil d'une conscience poétique.

De même que, sans accés à une alimentation de qualité, le boycott des produits frelatés, issus des mafias pétrochimiques et agricoles, reste inopérant, de même la volonté d'en finir avec le consumérisme, où l'avoir supplante l'être, obéira moins aux injonctions éthiques qu'à l'attrait d'une vie libre.

Si recourir aux armes de l'ennemi prélude à une défaite programmée, la démarche inverse débouche aussi sûrement sur un autre type d'évidence: plus se propagera le sentiment que la vie et la solidarité humaine sont les seuls ferments d'une existence digne de ce nom, plus le malaise et le trouble saperont la détermination et le fanatisme qui animent les mercenaires du parti de la corruption et de la mort.

Des témoignages font état des incertitudes qui rongent un nombre croissant de tueurs patentés, qu'il s'agisse des "gardiens de la révolution" iraniens, des malfrats recrutés par le Hamas, des soldats israéliens dont la barbarie a été mise en cause dans la bande de Gaza, des assassins du Nord et du Sud du Soudan, des pillards somaliens. Ce constat n'implique aucun argument tactique, il ne s'inscrit pas dans une perspective militaire où l'on insinuerait, un peu facilement, que l'ennemi creuse sa propre tombe. Il insiste seulement sur une probabilité: de même que se profile le krach financier qui va ruiner la monnaie, de même une dévaluation menace la détermination suicidaire sur laquelle les bureaucrates du crime, les mafias de la barbarie rentabilisée comptent pour enrôler leurs troupes ( d'autant que les vieux prétextes religieux ou idéologiques perdent leur crédibilité et que les fanatiques en viennent à douter de la commandite d'un dieu assassin).

C'est en ce sens que je mise sur la prolifération d'une réaction de vie capable de fertiliser les territoires désertifiés et stérilisés par l'économie d'exploitation et par sa bureaucratie mafieuse. Notre richesse créative possède le secret de ménager dans la vie sociale et individuelle des espaces et des temps enfin affranchis de l'oppression marchande.Seule la poésie échappe à l'oeil acéré du pouvoir. Seule la passion de vivre fait reculer la mort."

Vues : 137

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

Commentaire de Daroussin yvonne le 7 décembre 2011 à 19:33

non....as-tu suivi le lien?...

Commentaire de Elodie BLOT le 7 décembre 2011 à 18:03

As-tu le livre ? Je cherche justement à me le procurer ?

 

 

Commentaire de Daroussin yvonne le 17 octobre 2011 à 21:08

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation