Pour la première fois, l’institut du gouvernement américain qui s’occupe des questions géologiques a publié un rapport sur les zones sismiques des États-Unis en y incluant les séismes et potentiels séismes causés par l’activité humaine !

Et pas n’importe quelle activité : l’exploitation des gaz de schiste est pointée du doigt en particulier. Le rapport, sans être alarmiste, affirme tout de même qu’une large zone au centre du pays, qui comprend l’Oklahoma, le Kansas, le Texas, l’Arkansas, le Colorado, le Nouveau Mexique, l’Ohio et l’Alabama, serait devenue à risque à cause de l’activité humaine. Cela correspond à 7 millions d’âmes qui vivent dans ces états.

Côté magnitude, il s’agit de petits séismes, qui ne dépassent généralement pas le 3 sur l’échelle de Richter. Un séisme en Oklahoma, provoqué par l’exploitation des gaz de schiste serait pourtant monté jusqu’à une magnitude de 5,6. Pourquoi mentionner l’exploitation des gaz et non la fracturation hydraulique, qui vient à l’esprit quand on évoque ces sujets ? Parce que ce n’est pas directement elle qui crée cette situation, mais le traitement des eaux usées qu’elle engendre.

Ce sont les rejets dans des puits creusés à même le sol d’eaux bourrées de produits chimiques ou de sel qui permettent la fracturation et qui provoquent ces dérèglements géologiques.

Cadot

Vues : 101

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 31 mars 2016 à 10:35
Commentaire de JF@ le 30 mars 2016 à 8:06

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation