Le monde pourrait être approvisionné en électricité propre grâce à un réseau global !

 

L'idée est de produire du courant vert dans des régions reculées et de le transporter sur de longues distances. Cette étude a été menée par l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ). L'équipe dirigée par Göran Andersson a exploré les régions dans le monde où le potentiel en énergie éolienne et solaire est le plus grand, selon ces travaux présentés mardi sur la plate-forme en ligne de l'EPFZ et publiés dans la revue "Renewable Energy". Il s'agit pour la plupart de déserts inhospitaliers, en Patagonie et dans l'Arctique. Selon leur modèle, ils y ont placé des centrales solaires ou éoliennes et les ont reliées à des réseaux électriques existants.

 

La première pièce du "puzzle" du "Global Grid" est un parc éolien offshore au large des côtes est du Groenland, où le vent souffle en moyenne à plus de 30 kilomètres par heure et où la mer est peu profonde. L'électricité serait transportée par câbles sous-marins via l'Islande et les îles Féroé en direction de l'Ecosse, et sur le continent. Ensuite, le courant pourrait être dirigé sur plus de 3200 kilomètres dans des lignes sous la mer vers le Canada et les Etats-Unis. On profiterait ainsi du décalage de plusieurs heures du pic de consommation d'électricité. Les besoins de l'Europe puis de l'Amérique du Nord pourraient ainsi être partiellement couverts grâce à l'éolien du Groenland.

 

Selon les scientifiques de l'EPFZ, il existe déjà des technologies permettant de transporter du courant sur plusieurs milliers de kilomètres avec des pertes limitées, comme en Chine ou au Brésil. Les coûts des lignes pour le courant vert ne devraient pas être beaucoup plus élevés que pour l'électricité issue des centrales conventionnelles. L'investissement pour un tel réseau global n'effraie pas Göran Andersson. Selon une estimation prudente, il faudrait compter entre 70 et 90 milliards d'euros pour la construction des câbles sous-marins transportant l'énergie des fermes éoliennes de la mer du Nord, un investissement qui pourrait être assez rapidement amorti si on considère les expériences en Norvège ou en Hollande.

 

"La question mérite d'être discutée", estime Göran Andersson. "Si nous voulons de l'énergie propre dans 50 ans, nous devons empoigner le problème aujourd'hui". Le réseau électrique européen va être transformé et il ne faut pas manquer l'occasion qui se présente pour y intégrer les énergies renouvelables.

 

ats

 

Vues : 56

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

Commentaire de Men Darna le 12 mars 2013 à 15:01

Vous prétendez défendre la faune marine et niez les dangers que vos "bonnes intentions" représentent pour son sens de l'orientation...Ecolos du dimanche à réviser donc !

Commentaire de JF@ le 12 mars 2013 à 14:53
Commentaire de Men Darna le 12 mars 2013 à 14:38

Vous pensez sans cesse à multiplier des immenses parcs de productions énergétiques, sans penser à en diminuer la consommation et surtout le gaspillage. C'est bien joli de causer d'énergies propres, mais avez vous pensé à tous les câbles qui quadrilleront massivement les éléments (airs/eaux/terres saturées d'électricité statique, pour déranger de + en + les pôles magnétiques terrestres). Apparemment, vos scientifiques restent encore très limités dans leurs raisonnements...

Commentaire de JF@ le 12 mars 2013 à 13:22

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation