Rencontre impressionnante du scientifique Piotr Naskrecki avec un spécimen d'araignée Goliath, la plus grosse répertoriée au monde - la bête peut atteindre quelques 30 cm, mais depuis que son histoire a fait le tour du web, le chercheur reçoit des mails menaçants l'accusant d'avoir tué l'animal !

Dans une interview à LiveScience, l’homme avait en effet raconté que cette araignée avait été capturée et placée dans un musée – sous-entendez qu’elle avait donc été tuée -. Mais pour Piotr Naskrecki, la collecte de spécimens faisait partie de sa mission pour le Centre pour l’étude de la diversité biologique à l’Université de Guyane, et l’homme de poursuivre : "J’ai vraiment peur pour la Smithonian Institution, cette collection nationale prééminente dans l’histoire de la nature. Si une seule araignée collectée par un scientifique provoque un tel scandale, alors, les 126 millions de spécimens dans son patrimoine justifieront de la réduire en cendres et de crucifier tous les scientifiques qui y travaillent".

Les collections des nombreux musées répartis sur la planète sont capitales pour les chercheurs et les générations futures et un corps naturalisé représente une source d’informations et de données bien plus importantes que de simples photographies ou échantillons d’ADN. "On trouve difficilement une branche de la biologie qui ne repose pas sur l’examen des corps des organismes. Les collections de musée sont un cas spécial, très important. Par exemple la propagation de la chytridiomycose, qui décime les espèces d’amphibiens sur toute la planète, a été comprise en examinant des spécimens qui dataient d’il y a cent ans". Et cette collecte scientifique ne représente en rien une menace pour l’espèce animale en question. Tuer un spécimen n’a aucun impact sur celle-ci, y compris pour l’araignée Goliath, espèce qui n’est d’ailleurs ni protégée ni en voie de disparition. Et hors de question de voir dans ce geste une quelconque cruauté : « Nous apportons en général les substances prévues pour les euthanasier très en douceur. »

Piotr Naskrecki finit avec une comparaison des plus éloquentes : "C’est très facile de faire une fixation sur le cas individuel d’un organisme délibérément euthanasié. Nous le faisons parce que c’est émotionnellement commode mais nous n’aimons pas penser à ces milliards d’animaux et de plantes que nous tuons par le simple fait d’aller chez l’épicier".

Slate

Vues : 1733

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 27 octobre 2014 à 8:30

Activité la plus récente

Billets de JF@
Il y a 1 heure
Événement publié par Jean Luc Perrière

A la Ste Catherine tout arbre prend racine! à salle de l'Orangerie, à Ste Fortunade (19),

24 novembre 2019 toute la journée
Date: 24 nov (Dimanche) 10:00A la Ste Catherine tout arbre prend racine!Rassemblement de tous ceux…Plus
Il y a 12 heures
GAWELIK Katy a publié un statut
"Lentilles à la crème pour cuisiniers pressés >…"
Il y a 23 heures
Billet de JF@
Dimanche

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation