Le chef cuisinier étoilé Jean-Louis Nomicos en rêve : recréer à Paris un potager avec les parfums de sa garrigue natale !

La coopérative In Vivo a un objectif : développer l'agriculture urbaine. Leurs projets vont peut-être se rejoindre. Lors du salon Sial de l'alimentation à Villepinte au nord de Paris, le premier groupe agricole coopératif français a dévoilé le prototype d'un véhicule de livraison transformé en jardin expérimental connecté et ambulant, qui peut se garer juste devant les restaurants. A l'intérieur du camion électrique Renault Master Z.E., baptisé "la Plucherie", un climat "contrôlé" est recréé. Des micro-pousses d'herbes aromatiques ou de légumes sont sagement alignées dans des barquettes compostables ou des godets.

Avant d'être livrés aux chefs, les aromates ont éclos et poussé dans une ferme urbaine -un conteneur- installée à Nanterre (Hauts-de-Seine). Le tout grâce à une technique hors sol développée par une startup montpelliéraine, Vegz. Au lieu de pousser dans l'eau, "les racines des végétaux sont brumisées avec une vapeur composée d'eau et de nutriments", explique Yves Christol, directeur-général d'InVivo Food and Tech. La coopérative dit ne "pas toucher à la génétique", utiliser uniquement des graines standard, et travailler essentiellement sur la quantité de lumière nécessaire pour faire naître les végétaux, avec l'idée de créer un jour différents climats dans l'habitacle.

De quoi permettre à M. Nomicos et trois autres chefs parisiens, Francis Fauvel pour le Ducasse sur Seine, Robin Sanchez de Spoon et Frédéric Vardon du 39V, de proposer une tranche de potager directement dans les assiettes. Les quatre cuisiniers se sont engagés dans ce projet expérimental, grâce à un partenariat inédit avec In Vivo, et Renault, qui met à disposition le véhicule pour un an.

En pensant aux recettes que ce nouvel instrument va permettre, les yeux de M. Nomicos sont traversés d'un éclair gourmand: "je rêve de raviolis aux herbes fraîches, comme les préparait ma grand-mère!", dit-il à l'AFP. Le chef Frédéric Vardon insiste aussi sur le côté Madeleine de Proust. "Il ne faut pas penser qu'on va faire de nos clients des rats de laboratoire", assure-t-il. Pour lui, cette "innovation" va surtout "permettre de revenir à des goûts qui n'existent plus, et qu'on va recréer". Son palais garde ainsi le souvenir ému d'une "livèche" que lui livrait une maraîchère il y a 25 ans. Une herbe qui ressemble au persil plat, mais qui a plutôt un goût de céleri. Ce système doit surtout permettre aux équipes d'ingénieurs d'In Vivo de valider un concept d'agriculture urbaine lancé en recherche et développement depuis déjà plusieurs mois, avance M. Christol.

AFP

Vues : 109

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 26 octobre 2018 à 5:05
Commentaire de JF@ le 26 octobre 2018 à 5:04

JF@

Activité la plus récente

Événement publié par ColibrisNath

"Quel avenir pour les terres du Triangle de Gonesse ?" à Villiers le bel

22 janvier 2020 de 19 à 21:30
Soirée d’information et d’échanges du 22 janvier 2020 à Villiers-le-BelDepuis l’annonce de…Plus
Il y a 7 heures
Alain Bousquet a publié un statut
"Cycle des Conférences Forum Économique Mondial 21-24 Janvier 2020 https://technology-trust-news.org/2VY2-ZPAU-253KP41LF9/cr.aspx"
Il y a 8 heures
GAWELIK Katy a publié un statut
"Tartinade aux haricots blancs (Vegan) ->…"
Il y a 19 heures
Événement publié par Marie Ange et Jean Michel
Miniature

Nos Gestes Du Quotidien à Mutualāb

29 janvier 2020 de 19 à 23
Apéro entre Ch'tis Colibris au Mutualab : Nous nous questionnerons sur nos gestes quotidiens et…Plus
Il y a 20 heures

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation