C'est pendant les "Ateliers d'été Agriculture urbaine & Biodiversité", organisés à la Halle Pajol du 30 juin au 2 juillet derniers, que j'ai découvert "Balades aux jardins, La Nature de Paris" de Jacky Libaud, conférencier de la balade des jardins partagés du quartier et jardinier. Pendant les trois jours de l'événement, un jardin modulaire a été construit par des associations et des passants volontaires sur l'esplanade Nathalie-Sarraute devant la Halle Pajol. Ce festival d'agriculture urbaine s'est terminé par une disco-soup à la Générale, où se tenait en même temps la 1re réunion du festival des Utopies concrètes des 27-28 septembre derniers. 

Quatre mois après ces trois jours qui furent pour moi une rév/éla/olu/tion, je lançais la balade des jardins partagés du 14e arrondissement.  

Ayant par ailleurs, eu la chance d'assister entre temps à une conférence de Rob Hopkins, lequel ressemble à l'image qu'on peut se faire des anges, j'ai découvert l'agriculture urbaine à l'échelle, non plus du quartier mais de la ville. En l'écoutant, j'ai réalisé que cette agriculture, loin d'être un snobisme de bobos, permettrait aux habitants non seulement de retrouver une qualité alimentaire mais aussi les mettrait à l'abri des catastrophes économiques provoquées par la fragilité des marchés financiers à plus ou moins long terme.

J'ai également eu très récemment l'immense plaisir de m'entretenir avec François Rouillay, co-créateur d'Incroyables Comestibles depuis 2008. Il m'a permis de découvrir la véritable flambée que connaît ce mouvement, parti d'Angleterre en 2008. Il m'a également rappelé que Pierre Rahbi avait récemment inauguré le premier keyhole garden dans une école du 12e arrondissement et indiqué où on pourrait en installer dans mon arrondissement. Il m'a proposé de devenir responsable France de son mouvement. Mais pas de suites à ce jour.

Depuis, je regarde des videos et je visite des sites sur le sujet. Je constate que tout un mouvement, qui  part des citoyens et s'amplifie, sort du cadre de la croissance industrielle et revient aux fondamentaux de la débrouille et du fait soi-même, du nord au sud et de l'est à l'ouest, aujourd'hui. Certains politiques suivent. Mais peu. Technocates, scientifiques et techniciens sourds et aveugles continuent à faire confiance aux soi-disant maîtres des marchés qui nous mènent pourtant tout droit à une nouvelle catastrophe économique. Seuls ceux qui auront su voir venir et préparé le terrain sortiront leurs marrons du feu.

Et moi, et bien, soit je vais vers ces derniers, soit je réussis à mettre en place cette bouée de sauvetage à ma porte. Le temps presse, donc il faudrait pouvoir commencer à récolter à la prochaine saison. Ta ta ta, réveillez-vous, bonnes gens !!

Vues : 53

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation