De plus en plus de preuves s'accumulent sur les bienfaits réels de la pratique de la méditation !

 

On a remarqué par exemple que les pratiquants de longue date ont un cerveau différent des autres. De plus, notre organisme est souvent stressé et on a remarqué que le stress finit par avoir un impact de nature génétique, ou plus particulièrement épigénétique. Comme rappel et en gros, si la génétique (étude du génome) correspond à la vision d'un ensemble de programmes informatiques comme ceux installés sur votre ordinateur, l'épigénétique correspond à savoir quels programmes sont actuellement en train de fonctionner et ceux qui sont inactifs. L'épigénétique concerne l'expression des gènes.

 

Est-ce que la méditation, qui apaise, aurait également un impact de nature épigénétique ? Il s'avère que la réponse est positive. Il s'agit du résultat d'une étude de chercheurs internationaux et il s'agit d'une grande première. On a comparé deux groupes de personnes : des pratiquants de longue date qui venaient de passer une journée (8 heures) à méditer et un groupe de sujets qui faisaient des activités non méditatives.

 

La comparaison a montré que les pratiquants ont des modifications de nature génétique et moléculaire, comme des niveaux réduits de gènes qui promeuvent les inflammations. On peut affirmer que ces personnes sont capables de mieux récupérer après une situation stressante.

 

SLT

 

Vues : 191

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 25 décembre 2013 à 8:41

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation