Microsphères au secours de l'Arctique

La fonte des glaces est une réaction en chaîne constante !

Les pôles gelés agissent comme des miroirs géants, car ils réfléchissent la lumière du soleil. Donc plus les glaces fondent plus ces miroirs disparaissent. Puisque la lumière n’est plus réfléchie, alors les océans absorbent toujours plus de chaleur, ce qui contribue au réchauffement et ainsi de suite. Les microsphères imaginées par Ice911 sont censées agir comme catalyseurs pour ce phénomène, capables de réfléchir à nouveau la lumière du soleil à grande échelle.

Les grains de verre conçus par Ice911 sont microscopiques, ce qui forme une sorte de sable blanc très fin. Ce dernier est capable de flotter à la surface de l’eau et de s’accrocher à la glace. Afin que le procédé soit réellement écologique jusqu’au bout, l’ONG s’appuie sur du verre en dioxyde de silicium. Ce composé mélange parmi les deux matériaux les plus naturellement abondants de la planète : l’oxygène et le silicium (élément particulièrement présent dans les roches).

Le choix de ce matériau est partie intégrante de l’approche d’Ice911 : établir une solution qui ne fasse pas autant de mal que le problème. Selon l’ONG, « le silicium est de loin l’élément le plus sûr que l’on puisse utiliser, puisque toute la vie a évolué conjointement avec lui, sous différentes formes, sur les terres, dans les roches, sous forme dissolue dans les océans ». Cela signifie que ce sable blanc s’intégrerait potentiellement sans problème à l’écosystème local. Leur constitution en silicium ne ferait qu’ajouter moins de 0,000004 % du silicium déjà présent naturellement. Et ce serait sans danger, car contrairement aux nanoparticules autour de 10 micromètres qui sont dangereuses pour les êtres vivants, ces grains de verre font entre 35 et 60 micromètres (entre 0,03 et 0,06 millimètre).

Toujours dans cette optique d’intégration naturelle à l’environnement, Ice911 n’a pas pour projet de rejeter des tonnes de ces microsphères partout dans l’Arctique. L’équipe scientifique s’appuie sur les modèles climatiques actuels et prévisionnels, afin de déterminer des zones clés dans la région. Le but : cibler spécifiquement ces zones avec les microsphères. Ce serait moins invasif que des canons à neige. Ces modèles climatiques ont également permis à Ice911 d’établir le timing parfait pour un tel lancement. Le printemps serait effectivement le moment idéal, car les sols gelés pourraient ainsi le rester plus longuement au fil des périodes les plus chaudes (printemps puis été).

Ce qui est intéressant dans ce projet, c’est qu’il n’est pas qu’une idée en l’air : les phases d’expérimentation sont sérieusement lancées, dans une zone de test en Alaska. C’est un lac de glace qui a été choisi, afin d’être face à toutes les situations (présence entière ou partielle de glace, eau liquide…). En mai 2019, l’ONG a publié des résultats prometteurs : la réflexivité du lac a été bel et bien accrue. D’après les simulations d’Ice911, la version la plus aboutie de ce projet pourrait permettre, à terme, d’abaisser de 1,5 degré la température de la région Arctique.

Dupont-Besnard

Vues : 58

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 29 octobre 2019 à 8:14
Commentaire de JF@ le 29 octobre 2019 à 8:14

JF@

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation