"Ceux qui serrent les cordons de la bourse en étouffant les peuples ne sont-ils pas les commanditaires des avions suicides d'Allah, des colliers de grenades palestiniennes, des narcotrafiquants colombiens ou afghans, de la bombe des militants basques, corses et ouzbeks, du pistolet-mitrailleur librement vendu aux écoliers américains, des joyeuses machettes du Rwanda et du Burundi, des affrontements nationalistes utiles aux affaires, des extrêmes droites régurgitées par la politique boutiquière, et jusqu'à l'humble cocktail Molotov des flics déguisés en contestataires et des contestataires singeant la brute militaire?

..........Qui remporte la palme du terrorisme? Les talibans ou vous qui les avez armés? les malfrats de banlieues ou vous qui les désespérez? le chômeur qui abat le responsable de son licenciement ou vous qui démantelez les usines? Le Palestinien changé en explosif ou vous qui versez des larmes de crocodile sur un peuple auquel vous ôtez tout avenir? Les suicidaires prêts à mourir en semant la mort autour d'eux ou les chantres du libre-échange et autres fermiers généraux à la Thatcher, saccageant villes et campagnes, brisant le cours des existences, avilissant les consciences? ceux qui incendient les champs d'organismes génétiquement modifiés ou ceux qui dénaturent, empoisonnent, cancérisent?

Qui sont les vrais casseurs? Une poignée de fatalistes, rongés par l'ennui, le ressentiment et l'absence d'imagination, qui conchient vitrines et voitures pour soulager leur colique existentielle? Ou les cyniques mandataires des monopoles multinationaux et leurs affidés politiques, nos prétendus gouvernants, qui envoient à la casse les transports, les soins de santé, les écoles, les acquis sociaux? Quelques imbéciles manipulés par la police et relayant artisanalement le travail à la chaîne de la destruction planétaire? ou les larves de l'information sous contrôle, faisant assaut d'obséquiosité à l'endroit des bureaucrates qui dépècent sur le billot des économies budgétaires l'homme et son petit lot de biens de subsistance.

Il n'y a rien de plus cruel, de plus inhumain que cet esprit des affaires qui, pour de l'argent, toutes infamies confondues, massacre un peuple, précipite des millions de personnes dans la misère et le désespoir, envoie les enfants au travail, au bordel et à l'armée, saccageles paysages , désertifie les océans, tue les baleines et les éléphants et, dans la même ligne de mire, détrousse et surine au coin de la rue.

Ceux qui font de la terre un cloaque sont devenus le cloaque de la terre................, je ne doute pas qu'un jour les enfants des enfants des managers dévastant et infectant l'univers leur cracheront au visage. Vous objecterez que, d'ici là, les patrons seront des cadavres? pour tout dire, ils le sont déjà, mais il est des charognes qui, à pourrir longtemps, transforment la terre en cimetière. Il faut y mettre bon ordre en les confinant dans le passé, afin qu'ils n'en sortent plus jamais sous une apparence humaine."

Voilà une bonne partie du premier chapitre du livre de Raoul Vaneigem paru aux éditions Rivages poche/ Petite bibliothèque

Dans la suite de l'ouvrage, il parlera de l'émergence d'une société nouvelle et de moyens pour y parvenir

Qu'il me pardonne, mais je vois là un candidat concentré sur la transformation du Territoire

BONNE ANNEE

Vues : 98

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

Commentaire de Baba Coconut le 1 janvier 2012 à 11:54

Merci Jean-Charles pour ces extraits de livre. J'avoue que je ne connaissais pas cet écrivain :(   

© 2020   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation