Sécheresse prolongée pour les MAYAS

La civilisation maya nous fait rêver depuis longtemps !

On oublie souvent, que malgré ses aspects raffinés - les prêtres mayas étaient de bons astronomes et des mathématiciens suffisamment brillants pour avoir découvert le concept du zéro -, c'était aussi un monde très barbare avec des sacrifices humains horribles et une société finalement peu démocratique. Les Mayas n'étaient pas unis et la population était divisée en cités-États, souvent en guerre les unes avec les autres.

Reste que l'on connaît tous des noms de cités mayas comme Palenque, Chichén Itzá et que toutes sortes de légendes leur sont associées, allant de la fameuse prophétie de la fin du Monde pour 2012 à l'arrivée des fameux astronautes extraterrestres, quand ce n'est pas en relation avec le mythe de l'Atlantide ou celui du continent perdu de Mu que les fans de la série Les mystérieuses cités d'or connaissent bien.

L'architecture maya est tout aussi mystérieuse et inspirante et on aimerait bien comprendre pourquoi brutalement, vers l'an mille de notre calendrier, les cités-États ont été désertées et les constructions qu'elles abritaient ont cessé d'être entretenues ou multipliées. Plusieurs hypothèses ont été proposées sans que les débats ne permettent de trancher. Il semble cependant que l'occurrence de sécheresses vers cette période, causant l'effondrement physique et culturel du monde maya, soit une hypothèse qui prend de plus en plus de poids les années passant. Nous en avons un nouvel exemple avec une publication dans le journal Science d'un article provenant d'une équipe de chercheurs des universités de Cambridge (Royaume-Uni) et Floride (États-Unis).


On peut penser en effet que des famines provenant de sécheresse et frappant à répétition sur une assez longue durée ont non seulement exacerbé les conflits entre cités-États mais aussi sapé la confiance dans les pouvoirs des prêtres et des nobles censés être capables d'intercéder avec les dieux.

Pour consolider cette hypothèse, il faut être en mesure de prouver que ces sécheresses se sont bien produites mais surtout qu'elles étaient bien suffisamment fortes pour provoquer la chute de la civilisation maya de l'époque classique terminale (800-1000 après J.-C.). Pour cela, des géochimistes se sont attaqués à la détermination des abondances de plusieurs isotopes de l'oxygène présents dans le gypse de couches sédimentaires déposées pendant cette époque au fond du lac de Chichancanab, au Yucatán, en plein pays Maya.

Sacco

Vues : 111

Les commentaires sont fermés pour ce billet

Commentaire de JF@ le 18 août 2018 à 6:38
Commentaire de JF@ le 18 août 2018 à 6:33

JF@

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation