Vers l'exploitation du Gaz d'Hydrates de Méthane

Des chercheurs japonais ont réussi mardi pour la première fois à extraire des fonds sous-marins du gaz d'hydrates de méthane, une ressource parfois appelée la glace qui brûle qui pourrait sauver le Japon de la pénurie énergétique !

 

Des préparatifs étaient en cours depuis des années et le test a débuté ce matin, a déclaré mardi à la presse le ministre de l'Industrie, Toshimitsu Motegi. Notre ambition est de fiabiliser les technologies dans le but de parvenir à une exploitation commerciale, a-t-il expliqué. Nous sommes parvenus à produire une certaine quantité de gaz dès ce matin, environ quatre heures après le début de l'expérimentation, a précisé plus tard un fonctionnaire du ministère.

 

Le but est de parvenir à stabiliser une extraction stable durant environ deux semaines. M. Motegi s'est dit d'autant plus réjoui que, techniquement, la production du gaz d'hydrates de méthane est plus complexe que celle du gaz de schiste, considéré par certains comme une ressource révolutionnaire. Cette tentative, qui avait été précédée d'expériences d'extraction continentale il y a quelques années au Canada, a été conduite par la société nationale JOGMEC et l'Institut des sciences et techniques industrielles avancées (AIST) à environ 80 kilomètres au large de la péninsule d'Atsumi dans les eaux de la préfecture d'Aichi (centre-sud).

 

L'expérience, réalisée à 330 mètres en sous-sol sous 1.000 mètres de profondeur marine, consiste à provoquer une chute de pression pour récupérer le gaz, enfermé avec de l'eau sous forme cristallisée dans les sédiments superficiels des eaux océaniques profondes, sous des conditions de forte pression et basse température. Les fonds sous-marins des eaux territoriales japonaises au large d'un pan étendu de sa côte sud, de Shizuoka à Wakayama, en hébergent de très grandes quantités qui avoisineraient dix ans de besoins en gaz pour l'archipel.

 

Le Japon, lui, en est entouré, mais on en trouve par exemple peu le long de l'est de l'Afrique. C'est que les hydrates de méthane sont surtout présents dans les lieux à forte sismicité, explique Chiharu Aoyama, chercheuse spécialiste des ressources énergétiques au Centre indépendant de recherche générale. Les autres profondeurs sous-marines le long du nord et de l'ouest de l'archipel en recèlent également. Selon certaines estimations, au total, le Japon en détiendrait pour un siècle ou plus de consommation, alors qu'il est jusqu'à présent tributaire de l'étranger, contraint d'importer 95% de son énergie.

 

Les achats de gaz du Japon ont en outre augmenté ces deux dernières années, du fait de l'arrêt de la quasi intégralité de ses 50 réacteurs nucléaires après l'accident nucléaire de Fukushima provoqué par le tsunami du 11 mars 2011. Cette situation est considérée comme économiquement intenable par l'actuel gouvernement qui veut relancer les centrales atomiques pour des raisons plus pécuniaires qu'idéologiques. Je souhaite qu'arrive au plus vite le jour où le Japon pourra utiliser les ressources naturelles alentour en franchissant un à un tous les obstacles, a encore déclaré M. Motegi. Les hydrates de méthane ont été découverts il y a plus de deux siècles mais ont été négligés. Aujourd'hui ils ne sont toujours pas exploités, pour cause de difficultés techniques et économiques.

 

Les avancées du Japon, pays le plus en pointe dans ce domaine, sont donc essentielles. L'Etat nippon, bien qu'étant parfois jugé trop timoré par les chercheurs du secteur, avait constitué en 2001 un consortium en vue d'exploiter ces hydrates de méthane. Le projet d'étude, qui va jusqu'à 2019, prévoyait le test d'extraction qui vient d'être réalisé au large des côtes sud du Pacifique, ainsi qu'un deuxième entre 2014 et 2015.

 

Le gaz extrait des hydrates de méthane est en théorie adapté au transport sur de longues distances et pourrait à terme concurrencer le gaz naturel liquéfié (GNL), voire le gaz de schiste. Un de ses principaux avantages réside dans le fait que les conditions de température et de pression nécessaires à sa stabilité sont moins draconiennes que celles requises pour ledit GNL.

 

AFP

 

Vues : 202

Commenter

Vous devez être membre de Colibris pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Colibris

Commentaire de JF@ le 12 mars 2013 à 9:14
Commentaire de Men Darna le 12 mars 2013 à 8:45

Alors qu'en Europe : ci-dessous 1 mail des Yes Men que j'ai traduit

Rêves de charbon de la Banque Européenne d'Investissement : canular à Bruxelles

Le président Werner Hoyer de la Banque Européenne d'Investissement (BEI), a été forcé d'annoncer, lors de la conférence de la BEI presse annuelle, que celle-ci serait prête à abandonner le charbon , était "une pure absurdité." Et ce, malgré le fait que Hoyer ait mentionné à plusieurs reprises, que la BEI était leader dans la lutte contre le changement climatique.

Les déclarations contradictoires de la BEI a été le résultat d'une campagne militante sophistiquée qui a abouti à une confrontation curieuse à l'intérieur du bâtiment du Conseil européen ce matin.

La ruse a commencé hier après-midi, quand un faux communiqué de presse a annoncé que la BEI a annoncé le désinvestissement dans le charbon. Plusieurs médias le ramassa aussi réel, y compris Bloomberg, qui a rapidement découvert leur erreur, tiré du rapport, et a enregistré un recul.

Pendant que Hoyer présentait les activités de la BEI en 2012, y compris les efforts de la banque sur le changement climatique, il a été approché par un "citoyen d'Europe» auto-proclamé, qui lui a offert un élégant vase en forme de cheminée. [Vidéo]

"Je suis très heureux de remettre ce prix à la BEI", a déclaré le citoyen », pour honorer votre engagement de cession de charbon, et enfin pour s'engager dans une action réelle sur le changement climatique."

Malgré une seconde d'hésitation, et le souhait d'évacuer le «citoyen européen», la BEI a décidé qu'il ne représentait aucune menace réelle et lui a permis de continuer à rester dans la salle, tout en gardant le prix sur la scène pendant un certain temps.

En recevant le prix, Hoyer confondu, a déclaré que «nous avons toujours été reconnaissants pour l'ingéniosité de nos partenaires journaliste» et a rapidement passé à la question suivante sur le programme de la conférence de presse.

La BEI a posté un démenti sur son site Web et menacé de poursuites judiciaires, mais cela n'a pas empêché les militants, qui ont continué de s'acharner sur eux lors de leur conférence de presse exclusive annuelle ce matin.

Pourtant, la question du climat et de l'énergie de prêt de la BEI est restée dans l'esprit des médias, et de nombreuses questions abordées dans le Q & A section de la conférence de presse de la BEI exigent davantage d'explications sur les efforts de la banque contre le changement climatique.

La BEI a clairement indiqué qu'elle n'était pas prête à annoncer l'abandon du charbon . le moment, Ellel a précisé que le gaz continuera à un investissement central de sprêts de la BEI.

L'examen des dossiers sera effectif courant juin.

Le «citoyen de l'Europe" était en fait, un représentant de Counter Balance, une coalition d'ONG à travers l'Europe qui surveillent la BEI. L'action a été élaboré avec l'aide du Yes Lab

« Nous avons voulu montrer à la banque ce que les citoyens européens attendent du comportement de la BEI », a déclaré Verpoest de Counter Balance.

La BEI est la banque interne de l'UE, chargée de poursuivre les objectifs de l'UE, et s'occupe également de la Feuille de route de l'Europe sur l'énergie 2050, qui appelle à une réduction de 85 à 90% des émissions à effet de serre, au cours des quatre prochaines décennies en Europe. Sur son site web, BEI affirme être la banque «parmi les plus importants fournisseurs de financement pour l'action climatique dans la poursuite de l'objectif de l'UE de faibles émissions de carbone et la croissance résiliente climatique." Ce qui n'est pas mentionné, cependant, sont les prêts massifs aux centrales électriques au charbon et d'autres initiatives d'énergies sales fournis également au cours des dernières années.

Commentaire de JF@ le 12 mars 2013 à 8:27

Activité la plus récente

Événement publié par Jean Luc Perrière

A la Ste Catherine tout arbre prend racine! à salle de l'Orangerie, à Ste Fortunade (19),

24 novembre 2019 toute la journée
Date: 24 nov (Dimanche) 10:00A la Ste Catherine tout arbre prend racine!Rassemblement de tous ceux…Plus
Il y a 6 heures
GAWELIK Katy a publié un statut
"Lentilles à la crème pour cuisiniers pressés >…"
Il y a 18 heures
Billets de JF@
Il y a 20 heures
Denyse Carrère s'est joint au groupe de Isabelle Annycke
Samedi

© 2019   Créé par cyril colibris.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation